Interviews old — 9 décembre 2014 at 9 h 06 min

CHRIS HOLMES – 24 octobre 2014

by

  CHRIS HOLMES

C’est à l’occasion du Festrock Morts Subites en septembre que j’avais croisé pour la première fois Chris Holmes. Il était en séance dédicace et j’en avais profité pour prendre RDV pour une future interview.

Il est tout juste 14 H quand je me présente donc ce vendredi au portail de la villa Cannoise ou le Guitariste à établi ses quartiers depuis son arrivée en France au mois de mai 2014. Je suis impatiente et il faut bien l’avouer un peu impressionnée de pouvoir échanger quelques mots avec cette légende du rock que je découvre à mon arrivée, en discussion dans le jardin avec son épouse et manager Cathy Sarah Holmes. C’est un sentiment étonnant que de voir le célèbre et haut en couleur guitariste de WASP tranquillement assis dans ce lieu certes sympa, mais bien loin des fastes Californien.

Le colosse apparait posé, souriant et quand il s’avance pour me saluer comme le ferait monsieur tout le monde, je dois avouer que quelques idées toutes faites viennent de tomber. C’est une image quasi surnaturelle pour moi que ce mec à la dégaine de Rock Star Américaine posé là, au milieu de ce petit jardin Cannois. Une image qui contraste sacrément avec celle du show man de WASP, celle du mec bien trash du film «The Decline of Western Civilisation» ou encore de celle que donnent les média à travers les diverses interviews. Finalement, je me retrouve face à un type simple, cool et qui va se révéler surprenant et très touchant au fur et à mesure de l’interview qui débute comme à la maison, autour d’un café. Celui qu’on surnomme «Mean Man» est un mec sacrément charismatique sur qui le temps et les années plus difficile de l’après WASP semblent avoir donné une maturité, une sérénité et une philosophie de vie étonnante. Il va se livrer tour à tour avec sérieux ou humour mais très sincèrement et simplement au jeu de mes questions. C’est avec une grande gentillesse qu’il prendra ensuite la pose pour mon shooting photo et à la fin sortira ses deux guitares de légendes pour mon fiston qui m’accompagnait ce jour là et avec qui, il a entrepris une discussion passionnée sur les années WASP. En résumé, une bien belle rencontre que celle de Mr Chris Holmes.

Avec cette interview volontairement décalée et un peu différente de celles qu’on peut lire habituellement sur le guitariste, je vous propose donc de découvrir l’homme et l’artiste étonnant et attachant qui se cache derrière The «Mean Man». Bonne lecture…

Actualité de Chris Holmes http://www.chrisholmesofficial.com

Le guitariste va tourner un documentaire et un Reality Show

Il écrit actuellement sa biographie

Il poursuit les auditions pour son groupe «Mean Man» Collaboration avec deux groupes dans le Sud Ouest de la France en tant que Special Guest 2eme

Album en préparation « Shitting Bricks »  . Après le mix de l’album qui est en cours à Pau au Ryko Studio avec l’ingenieur du son Eric Thibaudier est prévu en fin d’année, la sortie d’un single et d’un vidéo clip d’un des titres

Album Photos / https://www.facebook.com/media/set/?set=a.741732469213677.1073741974.424499934270267&type=3

Interview Chris Holmes           Interview Chris Holmes         Chris Holmes_Sarah holmes       Chris Holmes Bio

 


Daily Rock: Bonjour Chris, merci de nous avoir accordé cette interview. Comment ça va?

Chris Holmes: Bonjour «Still Wild, Still goin’»

Daily Rock: Pourquoi avoir quitté les Etats-Unis pour t’installer en France, à Cannes? Es-tu fatigué de la Californie, du soleil?

Chris Holmes: Non, non, je ne suis pas fatigué, j’ai joué avec beaucoup de musiciens là-bas et … tu as raison, je suis fatigué de LA, ouais, tu sais, tous les crimes et les flics …

Daily Rock: Environ six mois que tu es ici … Vraiment pas de regrets?

Chris Holmes: Non aucun.

Daily Rock: La France et le sud de la France sont particulièrement calmes pour la musique Rock, tu ne penses pas que l’Europe du Nord, l’Allemagne ou même le Japon seraient de meilleurs endroits pour toi. Marty Friedman à une seconde carrière qui marche fort au Japon …

Chris Holmes: Eh bien, je suis venu ici parce que ma famille était là. C’est juste un endroit qui me sert de base pour voyager à travers l’Europe.

Daily Rock: Tu as été loin des projecteurs pendant un petit moment. Il y a eu quelques projets depuis que tu as quitté WASP mais ton premier album solo est arrivé tard, pourquoi si tard? Quelle était ta motivation pour faire cet album solo à ce moment-là?

Chris Holmes: Je n’ai jamais vraiment quitté WASP, je ne suis pas comme ça «Au revoir» et je me casse… mais Blackie (Lawless) ne voulais plus de moi dans le groupe. Il m’a jeté dehors, je n’ai pas choisi de quitter WASP.
Quand je vivais à Los Angeles, j’ai essayé de monter des groupes, mais beaucoup de musiciens sont arrogants la bas, je suis fatigué de cela.
J’ai joué pendant deux ans et demi avec Phil Taylor de Motörhead. Nous avions commencé un projet et nous étions en train de mixer l’album mais il est tombé malade, il a eu un anévrisme cérébral et il ne pouvait plus jouer.
Mes plans ont dû changer à cause de ça et c’est pourquoi j’ai décidé d’aller en Europe.
La musique Rock ne marche plus en Amérique, c’est le Hip Hop, le Rap et les nouveautés qui sont populaires. Du coup j’ai fini d’enregistrer l’album et déménagé ici. Alors, oui, j’étais loin des projecteurs pendant un certain temps, j’ai juste fait un enregistrement avec Phil au cours des dernières années, c’est tout

Daily Rock: « Nothing To Lose » est le titre de ton album, cela signifie-t-il que c’est ta dernière chance d’avoir une nouvelle carrière? Quel est ton sentiment derrière ce projet?

Chris Holmes: Cela signifie que je n’ai rien à perdre à faire ce disque, tu sais…
Disons, que tu as une grande maison, une belle voiture, d’énormes comptes bancaires, là tu as quelque chose à perdre. Mais si tu n’as rien, tu n’as rien à perdre (Rires).

Daily Rock: Tu as annoncé sur ton site que ton deuxième album solo a été reporté en raison de la non-réception du matériel de studio. Qu’en est-il aujourd’hui, as-tu plus d’info?

Chris Holmes: Ouais, ouais, ça sera fait, j’ai des amis à Pau qui ont un studio et nous commençons à mixer en novembre. Ca s’appellera « Shittin bricks », tout est fait, j’ai juste à mixer, Ya plus qu’à tourner les boutons pour que ça sonne bien.

Daily Rock: A quoi ressemble cet album?

Chris Holmes: Il est à mon image, je suppose …
J’ai joué des chansons de WASP pendant 30 ans et c’était Blackie qui écrivait. J’écris ce qui est dans ma tête, j’écris sur la réalité sociale, il n’y a pas de rêve, je n’écris pas des chansons du style « Lady You Know Me, The Perfect Love Machine», je ne suis pas dans cette merde. J’ai appris à écrire sur des choses que je vois. J’ai une chanson qui s’appelle TFMF (Two Face Mother Fucker) et ça parle de vraies choses, de la réalité, tu sais…
Shittin ‘Bricks ça parle de quand j’étais jeune et que je fuyais les flics sur ma moto. Shittin’ Bricks c’est une expression américaine… Je ne sais pas si tu comprends. Il s’agit de courses poursuites avec des flics.
J’ai une autre chanson qui s’appelle « Born-Work-Die-», c’est une expression qui vient de ma grand-mère. Il y a quelques années, juste avant sa mort, à l’hôpital, elle m’a dit: «La seule chose que je peux te dire Chris, c’est que tu nais, tu payes des impôts, puis tu meurs » (Rires).
Je chante sur l’album, je ne me considère pas comme un chanteur mais je vais chanter sur ma prochaine tournée.

Daily Rock: Est-ce toi qui as tout fait sur cet album?

Chris Holmes: Pas vraiment…La façon d’enregistrer a changé, tu n’as plus d’enregistrement sur bande, on est à l’ère du numérique…Tu peux simplement prendre une autre chanson, prendre la batterie de cette chanson et la mettre sur un autre morceau et tu programmes. Tu sais, tu n’as pas à être vraiment batteur, tu as juste à avoir les idées et tu programmes tout ça. Je peux même dire que sur le deuxième album j’ai récupéré les sample de batterie que Phil (Taylor) avait joué sur le 1er album, pour les mettre ailleurs, j’ai fait de la programmation et c’est beaucoup plus facile que d’enregistrer en studio avec 2-3 personnes. Je n’ai pas fait l’ensemble de l’album comme ça, mais j’ai utilisé des sons de batterie du premier enregistrement …

Daily Rock: Prévois-tu une tournée en France et à l’étranger avec la sortie de l’album?

Chris Holmes: J’en prévois une, ouais. Je mixe en novembre et décembre, ce sera probablement pour Janvier, Février ou Mars de l’année prochaine.

Daily Rock: Le projet «Where Angels Suffer » est-il toujours d’actualité ou c’est ta carrière solo qui est ta priorité aujourd’hui?

Chris Holmes: Non, ce projet est terminé. Je ne sais pas s’ils sont toujours ensemble … Le chanteur Rich (Lewis), je le connais « d’Anima », un autre groupe. Nous étions prêts à sortir l’album et à jouer, mais son fils qui était aussi mon roadie a eu un cancer, il a été hospitalisé puis il est mort. Je n’ai pas d’enfants mais je peux imaginer ce que le chanteur a traversé. Son fils était un enfant vraiment cool. C’est triste… Alors son père n’avait plus envie de tourner à l’époque et je n’allais pas m’asseoir et attendre après eux, c’est pour ça que j’ai fait mon album solo. S’ils me rappellent pour jouer, je le ferais mais ça fait deux ans et demi et ils ne m’ont jamais recontacté. C’était un bon groupe. Randy (Piper) a commencé, puis il a tout stoppé, donc je ne sais pas.

Daily Rock: De tous tes albums avec WASP, quel est ton préféré et pourquoi?

Chris Holmes: Le quatrième, « The Headless Children ». C’est mon préféré, pour moi toutes les autres sont nuls. Je n’ai jamais vraiment écouté ce que le chanteur chantait quand je jouais avec WASP, je passais plus de temps à travailler sur le son du groupe. Mais une nuit quand j’étais en tournée avec « Where Angels Suffer » lors d’un festival à Amsterdam, j’ai vu les paroles des chansons sur la scène et l’idée m’a traversé l’esprit . J’ai lu la première partie de «Love machine» et ça m’a mis sur le cul. Je ne comprenais pas ce que Blackie racontait. Je suis allé vers Rich, le chanteur, et je lui ai dit « Tu vas chanter cette merde? « Et il m’a répondu » Ouais, pourquoi je ne chanterais pas cela? ».
Tu peux écrire ça, je pense que les paroles de WASP, excuses-moi, mais c’est une putain de blague! Par exemple, «I Wanna Be Somebody», «…si tu n’es pas quelqu’un et que tu veux être quelqu’un, eh bien, qui est tu?
«Love Machine», « Lady tu me connais, la parfaite machine de l’amour », quelle blague…. je serai gêné de chanter ça, de dire que de la merde aux gens.
Oui, « The Headless Children » est mon préféré, probablement parce que je joue beaucoup de guitare sur ce titre et j’ai écrit la plupart des choses sur le morceau.

Daily Rock: D’où vient ton pseudo «Mean Man» ?

Chris Holmes: Il vient de Blackie, c’est sur le quatrième album, une chanson intitulée «Mean Man»qu’il a écrit sur moi. C’est sa vision de moi. Je suis «le Mean man », je suppose. Mais c’est drôle parce que je n’étais pas l’homme qu’il décrivait avant cela. Avant mon surnom était « Chewie » en référence à Chewbacca de Star Wars. Beaucoup d’amis me surnomment aussi «Teddy Bears » et comme tu peux le voir, c’est très loin de « Mean Man »! (Rires)

Daily Rock: Lorsque tu as fait ton premier album avec WASP en 1984 c’était les bonnes années pour la scène rock. Cela fait 30 ans, que penses-tu de la scène musicale d’aujourd’hui, le rock en particulier? Y a t-il un avenir pour un jeune musicien qui veut devenir un guitariste comme toi?

Chris Holmes: Eh bien, aujourd’hui il n’y a pas vraiment de guitares dans la musique, mais quand il y en a, souvent c’est avec des chanteurs qui crient très fort dans les micros « arghhh » aussi fort qu’ils le peuvent et je n’aime pas ça. Je les appelle les « Cookie Monsters » (Rires) et généralement ils baissent le son de leur guitare. La musique d’aujourd’hui n’est pas vraiment de la musique pour guitare.
Le meilleur conseil que je peux donner à un jeune, c’est « de ne faire confiance à personne». Tu sais, à propos de l’argent, ne fait confiance à personne et même pas ta mère! Heu ….moi, j’ai toujours fait confiance à ma mère et tu peux faire confiance à ta mère… mais ne fais pas confiance à ton frère (rires)!
Parce que quand il y a de l’argent dans une relation, c’est la racine de tout le mal. Fait juste confiance à toi même, ne te fis même pas à tes meilleurs amis.
Blackie Lawless était mon meilleur ami, je ne l’appelle plus un ami, je ne me m’intéresse plus vraiment au gars … Il faut « traiter les autres comme tu veux être traité », s’ils te traitent comme de la merde, alors tu dois les traiter comme de la merde! (Rires).

Daily Rock: Si tu regardes autour de toi, vois-tu un jeune guitariste prometteur? Qui a-t-il d’important à avoir pour un guitariste?

Chris Holmes: Depuis que je suis ici, j’ai été dans de nombreux clubs … J’ai vu des jeunes jouer en Angleterre, des très jeunes mêmes et ils sonnaient bien …
Ce qui est important je pense, c’est d’être un joueur de « band », pour se fondre avec la basse et la batterie …
J’ai joué l’année dernière avec des gars à Los Angeles et il y avait un jeune guitariste qui n’arrêtais pas de se mettre en avant, il souriait bêtement en jouant «Regardez-moi, yo », et même à la répétition. Je regardais le gars et dès qu’il pouvait se mettre en avant il le faisait et mettait des notes partout. C’était une vraie blague, j’aurais aimé qu’il se voit. On commence la chanson, il sourit et (il l’imite) « bleueueue » puis le chanteur commence et là « bleueueueueu » et chaque fois qu’il le pouvait, le sourire et « bleueueu bleueueuu », du style, regardez-moi (rires) … a la fin du concert je lui ai dit « Troy »,  » son nom était Troy, » personne n’a rien à foutre de toi et de ton shred, pourquoi tu joues pas avec la basse, la batterie et moi comme le ferait un musicien de groupe, ça renforce le morceau. Quand le chanteur chante tu dois pas faire « bleueueueue » parce que c’est le bordel si tu joues sur le chant, le frontman c’est le chanteur. « Il me répond » Ouais ouais … « . Au concert suivant, de nouveau « bleueueueueueue ».
Tu sais quand Jimi Hendrix chantait et jouait, il y avait la mélodie et tout était à sa place. On ne peux pas mettre des mélodies sur des mélodies. J’ai essayé de lui expliquer ça mais il n’a jamais écouté … ce n’était pas un joueur de groupe et chaque fois qu’il pouvait jouer « bleueueueueu» et «regardes-moi » finalement je lui ai dit « « Vas te faire enculer … » (Rires). Quelle blague! Vous devez être un joueur de groupe et ne pas aller sur le frontman. Si tu es Jimi Hendrix ou Joe Satriani, et que tu fais « bleueue », là ce n’est pas un problème parce que le public est ici pour voir Joe. Mais il n’était pas Jimi Hendrix ni Joe Satriani.

Daily Rock: Comment et quand as-tu décidé de devenir guitariste?

Chris Holmes: Quand j’avais 16 ans.. Ce qui a changé ma vie c’est quand j’ai vu le film «Jimi Hendrix», je pense que c’était en ’72, c’était un film sombre sur la vie d’Hendrix, et quand je l’ai vu, j’ai pensé : « C’est ce que je veux faire ‘ ». Prendre de la drogue, baiser et faire de la musique, tu vois, c’est ce que je voulais faire.(rires)

Daily Rock: Tu as fait pas mal de grandes scènes, est-il facile pour le Guitar Héro que tu es de redémarrer une carrière en jouant dans de petits festivals, ou en faisant des séances de dédicaces dans des écoles de musiques, des magasins de disques …?

Chris Holmes: Eh bien, je ne commence pas une nouvelle carrière, je suis ici pour poursuivre ma carrière solo. Ce n’est pas la même chose. Et quand tu aimes jouer, il n’y a pas de petits ou grands festivals. Ce qui fait un bon spectacle, c’est quand les fans sont heureux de te voir jouer. Tu peux avoir plus de plaisir à jouer devant 300 fans que peut-être 5000 personnes qui ne se soucient pas vraiment de toi !

Daily Rock: Avec qui aimerais tu jouer, une personne avec qui tu n’as jamais joué? Quelqu’un pour qui tu as de l’admiration?

Chris Holmes: Oh man!!  J’aimerais jouer avec BB King !! J’aimerais jouer avec lui, oui ! C’est un grand, il a de l’énergie et il n’a pas besoin de jouer vite pour l’avoir, il met les notes au bon endroit. Je préfère entendre une bonne note au bon endroit que 50 mille notes monter et descendre en shred comme « bleueueueueu », pffft, merde … Il est l’un de mes artistes préféré. Mais s’il me rencontrait, il aurait probablement du recul et me regarderait comme on regarde les gens qui hurlent dans les micros comme les « Cookie Monster »! (Rires).

Daily Rock: Quelle est ta pire expérience avec un musicien ou sur scène?

Chris Holmes: C’était il y a environ 5 mois, j’étais en Finlande lors d’un festival. C’était la première fois que j’allais «chanter sur scène et jouer » Nothing to loose « et » Loser « de mon album. Le bassiste et l’autre guitariste étaient saoûls, ils faisaient des fausses notes et ils ont vraiment massacré les titres. C’était embarrassant mais j’ai continué à jouer et le batteur a fait de son mieux, j’ai chanté mes deux chansons comme j’ai pu …
Ensuite, nous avons essayé de jouer des chansons de WASP. Je me sentais mal pour le chanteur, j’espère que personne n’a filmé. Heureusement je n’en ai pas encore vu sur Internet.
Et puis aussi, dans les mauvaises expériences, je suis tombé de la scène à quelques reprises dans WASP, je pense que j’ai tout vu arriver sur la scène …

Daily Rock: Beaucoup de gens connaissent le Guitar Héro Chris Holmes, et te posent les mêmes questions sur l’alcool, les conflits avec Blackie Lawless … mais on connait moins l’homme… si tu es êtes d’accord, je souhaite te poser quelques questions plus personnelles …

Chris Holmes: Ouais …

Daily Rock: Comment est Chris Holmes dans la vie de tous les jours, est-il le même homme qu’on voit dans les médias ou sur la scène?

Chris Holmes: Je ne joue pas … Ce que tu vois est ce que je suis ! Par exemple Steve Duren est dans le bus de tournée, il va dans le vestiaire et devient Blackie Lawless pour le spectacle. Quand il sort de la scène, il quitte Blackie Lawless et redevient Steve Duren. Mais Chris Holmes, dans le bus, dans les loges, puis sur la scène il est toujours Chris. Quand Chris descend de la scène, retourne aux loges, enlève ses vêtements de scène, il est toujours Chris. Il n’y a pas de personnage de scène pour moi, mais j’ai appris au fil des ans que beaucoup d’artistes le font. Oui, une seule personnalité, même personne, rien ne change pour moi. C’est une des raisons pour lesquelles je ne joue plus avec WASP aujourd’hui.

Daily Rock : Tu as récemment quitté les Etats-Unis pour la France, tu as certainement du te séparer de beaucoup de choses avant ton départ. Quels sont celles qui te suivent partout, un objet fétiche?

Chris Holmes: Hmm, je dirais ma réputation me suit. (Rires). La réputation que j’avais avec WASP va probablement me suivre pour le reste de ma vie. Je suis sûr que tu as vu le film « Le déclin de la civilisation occidentale – partie II » quand je suis dans une piscine saoûl, cela me suivra pour le reste de ma vie. Les gens pensent que je vis comme ça, mais c’était juste un jour dans ma vie dans les années 80. Ils ont gardé que ça sur le film et voilà tout le monde pense que je suis comme ça tout le temps. (Rires)

DailyRock: Lorsque tu as fait ce film, était-ce un scénario? As-tu des regrets à propos de cette expérience?

Chris Holmes: Eh bien, vous les gars vous venez faire une interview aujourd’hui ici, non? Eh bien, pour moi ce film c’était comme cette interview. C’était dans ma maison et c’était la façon dont je vivais à ce moment-là, j’avais l’habitude de boire comme ça, mais qui s’en soucie…. Donc, aucun regret.
Ce film était stupide en fait, ce n’était pas représentatif de ce qu’était la musique dans les années 80 ….il m’a rendu plus célèbre que je suis. Je ne sais pas, certains jeunes vont dire « wow le mec, c’est la partie la plus cool du film » … sans doute parce que les autres parties du film sont tellement stupides que ma partie semble bonne (rires).

Daily Rock: As-tu des «rituels» pour te rassurer avant d’aller sur scène, que fais-tu avant de monter sur scène, es-tu stressé?

Chris Holmes: Je me détends, je suis probablement la personne la plus calme dans la pièce. Avant le concert tout le monde cours faire des choses, ceci et cela … Je m’assure juste que ma guitare est accordée.

Daily Rock: Est-il facile de gérer ta vie personnelle et professionnelle? Cathy est à la fois ta femme et ton manager, est-ce facile de combiner les deux?

Chris Holmes: Je pourrais me manager moi-même, c’est ce que j’ai fait pendant 15 ans, mais c’est mieux comme ça. Si ce n’était pas pour elle, je ne serais pas ici et je n’aurais pas fait cet enregistrement. Si elle gérait quelqu’un d’autre elle n’accepterait probablement pas 50% de ce qu’elle accepte, mais elle me fait confiance et c’est plus facile parce qu’elle est ma femme et ça ne fonctionne pas de la même manière que si j’étais un client. Elle est mon manager, je m’occupe de la musique mais la gestion en fait, c’est elle et moi parce que nous travaillons ensemble. Mais je sais que je suis difficile à gérer parce que je suis une personne vraie, terre à terre, je sais ce que je veux, mais en même temps c’est très facile parce que c’est un plaisir d’être géré par ma femme.

Daily Rock: Tu n’as pas d’enfants … Est-ce un regret?

Chris Holmes: Les enfants ne peuvent pas avoir des enfants … Je ne peux pas prendre soin de moi-même, alors prendre soin d’un bébé, fuck that! (Rires). Je n’ai jamais grandi. Yep, les enfants ne devraient pas avoir d’enfants …

Daily Rock: Lorsque nous sommes jeunes, nous avons des rêves … quels ont été ceux de Chris adolescent et quels sont ceux de Chris aujourd’hui?

Chris Holmes: Eh bien, le rêve que j’avais imaginé ne sera jamais accompli, ce n’est pas comme j’aurais aimé que ce soit. C’est un peu triste. J’ai toujours voulu faire assez d’argent pour ne jamais avoir à travailler toute ma vie, mais j’aurai sans doute à travailler jusqu’au jour de ma mort (rires)! Tu sais c’est, pourquoi j’ai dit «ne fais confiance à personne ». Pour les albums de WASP, mon nom est sur les crédits, mais si tu regardes plus en détail la publication à l’intérieur de l’album, j’ai été crédité uniquement comme musicien de studio. Cela signifie, que je ne touche rien pour l’écriture de la chanson comme cela aurait dû être le cas. C’est triste…. C’est ma faute pour avoir fait confiance à quelqu’un qui était proche de moi.

Daily Rock: Es-tu satisfait de l’homme que tu es devenu?

Chris Holmes: Eh bien, si je ne l’étais pas, je serais dans la merde ! Ouais, je suis content de moi, j’en ai rien à faire de ce que les gens pensent.
Si, par exemple, je mourais demain, je mourrais en paix, sachant que je n’ai jamais écrasé personne pour arriver à quelque chose.

Daily rock: Qu’écoutes tu en ce moment? Ton artiste préféré?

Chris Holmes: CNN, la chaîne de nouvelles … Je n’ai pas de chaîne stéréo (rires)! Je n’ai pas de baladeur, mais la dernière chose que j’ai écouté c’était Johnny Winter.

Daily Rock: Une personne que tu rêves de rencontrer maintenant et pourquoi?

Chris Holmes: Le pape, j’aimerais rencontrer le pape. J’aimerais lui poser quelques questions … (rires)!

Daily Rock: Beaucoup d’artistes ont fait une biographie, y penses-tu ?

Chris Holmes: Oui, j’en ai commencé une! J’ai fait environ 19 pages, elle s’appellera « Best Seller n ° 1 ».(Sur ce, il se lève, part dans la maison et me ramène un cahier noirci de son écriture. C’est surprenant de voir ce Rock N roll Man, tatoué chevelu… s’attaquer à sa montagne de souvenir avec un stylo et un cahier d’écolier…contraste étonnant entre le show man, la Rock star de WASP et le type « humain » presque enfantin et touchant que j’ai devant moi  à ce moment là…)

Daily Rock: J’ai lu que tu es dyslexique, ça te pose pas des problèmes pour écrire ton histoire?

Chris Holmes: Ouais, je me suis accroché à l’école mais je n’ai jamais passé la 4e année. Si tu ne peux pas lire, tu ne peux pas réussir dans quoi que ce soit à l’école. Je préfèrerai simplement parler et voir ma biographie sortir de l’ordinateur ce serait plus facile pour moi, c’est pour ça que je suis en attente d’un ordinateur avec le programme « Dragon » qui me permettrait juste d’avoir à dicter.

Daily Rock: Pour terminer l’interview, je choisis quelques mots et j’aimerais que tu me dises rapidement en un ou deux mots ce qu’ils t’inspirent

Chris Holmes: Ok

Daily Rock: Si je te dis musique?

Chris Holmes: Drogue.

Daily Rock: Rap?

Chris Holmes: Noir.

Daily Rock: Amour?

Chris Holmes: Haine.

Daily Rock: Alcool?

Chris Holmes: Heuuu … bon? (rire)

Daily Rock: États-Unis?

Chris Holmes: Guerre.

Daily Rock: Si tu pouvais te réincarner (sauf en autre homme) ce serait quoi ?

Chris Holmes: Une araignée.

Daily Rock: Yngwie Malmsteen?

Chris Holmes: Le guitariste ? Il m’inspire…c’est un guitariste particulier. Je ne suis pas jaloux de lui, mais je ne pourrais jamais jouer comme ça. Même si je pratiquais 24 heures par jour, dans dix ans je ne pourrais toujours pas jouer comme ça.
C’est aussi un bon show man, il est génial. Il a ouvert un spectacle pour W.A.S.P. en 1997 ou 98. Je n’ai vraiment rien de négatif à dire sur lui.

Daily Rock: Steel Panther?

Chris Holmes: Je ne supporte pas ces gars-là, tu sais pourquoi? Parce qu’ils se moquent de gens comme moi! Ils viennent d’Hollywood tous ces mecs et ils n’étaient pas capable d’avoir leur propre groupe, c’est pour ça qu’ils font ça, parce qu’ils ne sont pas assez bon. Donc, ils se moquent de gens comme moi, voilà c’est tout ce qu’ils font. Enlèves leur leurs perruques et mets les sur une scène, ils sont incapables de le faire! Ils sont une big joke, une caricature.

Daily Rock: Ton acteur ou actrice préférée?

Chris Holmes: J’aime le gars de Easy Rider, Dennis Hopper.

Daily Rock: Ton film préféré?

Chris Holmes: Easy Rider.

Daily Rock: Ton signe astrologique?

Chris Holmes: C’est le cancer.

Daily Rock: Ton animal préféré?

Chris Holmes: Le chien.

Daily Rock: Quelle est pour toi, la meilleure qualité chez une personne, la plus importante que tu recherches chez des amis?

Chris Holmes: La sincérité, c’est mon idéal, une personne vraie … Ecris ça…le contraire de cette qualité c’est Blackie Lawless.

Daily Rock: La plus grande déception dans ta vie et la plus grande joie?

Chris Holmes: La pire déception c’est quand j’ai signé pour Capitol Records et pour la plus grande joie, j’aimerais dire mon départ de WASP, mais en fait c’est la rencontre avec Tony Iommi et d’avoir pu jouer avec lui. C’est une de mes idoles.

Daily Rock: Ta principale qualité?

Chris Holmes: Je serais un bon capitaine sur un voilier …

Daily Rock: Ton pire défaut?

Chris Holmes: C’est de ne pas savoir dire non.

Daily Rock: Les choses que tu détestes?

Chris Holmes: Je déteste les gens et les choses qui sont fausses, comme les bandes de New York, ils sont tous faux, je les déteste, ils sont nuls.
Kiss, parce qu’ ils se cachent derrière leur maquillage. Remarques, je les comprends, regardes comment ils sont laids …
Les New-York Dolls, ce n’est qu’un tas de pédés! Les Ramones, beurk! Twisted Sister … Ils sont tous faux. Sérieusement …Je n’aime pas les gens faux.

Daily Rock: la signification de tes tatouages?

Chris Holmes: Je suis un collectionneur d’art, je les collectionne. De plus, c’est la seule chose que tu achètes et que tu peux emporter dans la tombe (rires)!

Daily Rock: Si tu avais à crier un mot dans la rue, ce serait quoi?

Chris Holmes: Ce serait « Fuck You »! (Rires)

Daily Rock: Si tu devais garder qu’une seule chanson sur ton mp3 / ordinateur portable / etc, un seul titre, ce serait lequel?

Chris Holmes: Ce serait « The Sound of Silence » de Simon & Garfunkel.

Daily Rock: Démon ou Ange?

Chris Holmes: C’est difficile à dire parce que certains démons sont des anges … Je suis athée, je ne crois pas en dieu. Je serais un être inférieur, ni un ange, ni un démon, juste un humain.

Daily Rock: Enfin, comment tu t’imagines dans 10 ans?

Chris Holmes: Oh, je ne sais pas, je n’ai même pas imaginé arriver à 50 ans … Il y a beaucoup de choses que j’aime et que je n’arrive jamais à faire … J’aimerais vivre dans ma maison simplement…

Daily Rock: Merci de nous avoir accordé cette interview Chris c’était un plaisir et on attend le nouvel album …

Chris Holmes: Merci à vous

Note de la rédaction
Votes du lecteur

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :