Chroniques — 25 juillet 2019 at 12 h 00 min

TYLER BRYANT AND THE SHAKEDOWN – Truth and Lies

by

 

S’il ne fallait en retenir qu’un, ça serait lui : Tyler Bryant. Adoubé par ses pairs, encensé par la jeune génération, le boy qui a élu camp de base à Nashville avec les potes de son Shakedown est la preuve vivante que le rock a encore de belles années devant lui, au même titre que la guitare électrique dont certains journalistes annonçaient la fin tout récemment. « La fin de la guitare éléctrique et le come back des dinosaures ! » me balance Tyler lors de notre entretien, avant de poursuivre : « il y a des magasins de guitares qui ferment certes, mais il y a aussi des sandwicheries qui affichent porte close tous les jours », « il y a peut être moins de magasins de guitares, mais il y a beaucoup de guitaristes qui postent des vidéos sur instagram ». Des guitaristes comme lui ou son ami Jared James Nichols font partie des guitaristes moteurs, inspirateurs d’une nouvelle génération de musiciens qui ne voit pas disparaître le guitar hero, mais qui le fait surgir par une autre porte.

Tyler Bryant fait incontestablement partie de cette nouvelle vague de guitar hero. L’album Truth And Lies qui nous arrive très rapidement dans les oreilles vient nous le rappeler, ou plutôt nous le confirmer. Traduction parfaite d’une énergie qui atteint son apogée en live, Truth And Lies est l’aboutissement d’un travail engagé auprès de Joel Hamilton, rencontré du côté de New York au cours d’une tournée avec Clutch. Aussi le producteur a-t-il eu une influence sur le travail réalisé en studio : « il y a une chanson à la fin de l’album qui s’appelle Couldn’t See the Fire où il y a un gros solo ; je finis le solo et je demande à Joel si j’en refais une, il me dit on garde celle-là ». Un esprit one shot pour un album qui transpire la sincérité.

Tyler Bryant & The Shakedown annonce avec Truth And Lies la couleur d’un rock toujours plus rageur, inspiré, qui annonce l’heure de la maturité pour le band et qui réaffirme les talents de compositeurs de ces affamés de riffs tranchants. 13 chansons qui expédie TBSD toujours un peu plus sur la route de la gloire et des sommets du rock n’ roll. Immanquable.

Spinefarm / Snakefarm Records

Replica Promotion

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :