Chroniques — 10 octobre 2019 at 8 h 43 min

Ty Segall – Taste

by

Résultat de recherche d'images pour "Ty segall taste"

« Ce roman est destiné aux hommes vivants, s’il en reste. »
Cette phrase, présentant le dernier roman de Bukowsky, pulp, représente ce que nous vivons depuis quelques années.

La mort physique n’est rien, elle s’apparente à un doux sommeil sans fin, la vraie disparition est ailleurs.

Ce qui devrait faire peur au pékin moyen n’est pas l’état de sa pitoyable carcasse, qui finira de toute façon par s’affaisser sous les coups d’un mode de vie de plus en plus sédentaire, mais la conservation de ce formidable outil d’émerveillement que constitue sa curiosité. Le problème est que ses plus grands représentant, ces hommes qui ont tant nourrit notre petit cinéma cérébral, sont mort ou à la retraite.

A une époque où le jeunisme est devenu une véritable religion , au point qu’une fillette à peine pubère peut donner des leçons à une assemblée de députés , cette introduction paraîtra sans doute blasphématoire. Ce n’est pas ma faute si les chaises laissées vacantes par Cavanna , Sergio Leone , et dernièrement Mocky sont restées vides.

A la place, nous avons droit à des hommes sandwich sans charisme, des écrivains sans verves, et des cinéastes sans imaginations. Tous ont le même discours, les mêmes idées  et noient l’esprit critique dans leurs bien-pensantes vaseuses. Quel livre récent est encore capable de vous surprendre ? Quel film à pu vous marquer à vie, au point de faire partie de cette personnalité qui devrait toujours être le résultat d’une réflexion personnelle ? Quel album peut se venter, comme Abbey Road , de procurer les mêmes frissons de plaisirs cinquante ans après sa sortie ?

Paradoxalement, en musique, un nom à pu ressortir de la guimauve puante qui compose notre vie culturelle. Ty Segall à commencé dans le garage rock crasseux, citant T Rex et les Stooges dans un garage rock tonitruant, sans excès de respect, comme s’il faisait l’inventaire de ses armes avant de partir à la conquête du monde.

Même dans ses productions les plus accessibles, le blondinet développait un son unique et personnel. Quant à ses disques les plus référencés, comme ce manipulator au teintes glams et stoogiennnes , il cohabitaient avec une rythmique renouant avec la folie de la grande époque psychédélique.

On parlait alors de nouveau guitar hero et manipulator semblait s’imposer comme l’aboutissement de toutes ses expériences passées. Heureusement, il a tout saboté , produisant des galettes souvent sauvages et volontairement rugueuses. Tel un Zappa des temps moderne, le musicien à finit par bâtir un monument expérimental à grand coups de collage et autres bidouillages . Cette œuvre s’appelait « emotionnal mugger ».

Alors j’aborde ce « taste » avec un mélange d’appréhension et d’excitation : Qu’a-t-il bien pu inventer ?

Et bien Taste renoue justement avec le goût de l’expérience qui fit le sel d’emotionnal mugger. Le morceau d’ouverture démarre sur un déluge de batterie, avant de laisser place à des guitares grasses et incisives, qui n’auraient d’ailleurs pas fait taches sur ses disques les plus radicaux.

C’est clairement parmi ces disques géniaux et uniques que se range « Taste ». Le synthé s’ajoute d’ailleurs à cette fanfare minimaliste, la flute venant souligner la mélodie allumée de « I sing them ».

Si Segall peut se permettre ces folies, c’est aussi parce qu’il maîtrise l’art de créer des refrains qui resteront bien plus longtemps en mémoire que la fiente putride qui constitue la musique mainstream. Sa musique , si l’auditeur ose s’y aventurer à plusieurs reprise, laissera une trace brillante et indélébile dans son cerveau pollué.

De cette manière , « Taste »  rappelle que la pop n’a qu’un seul objectif : créer de nouveau moyens d’expression , de nouveaux sons . En un mot comme en mille de nouvelles idées.
Avec ce disque , les moyens d’y parvenir paraissent de nouveaux illimités. L’auditeur reprend ainsi son rôle de spectateurs attentif, qui doit s’investir pour juger ce qu’on lui propose à sa juste valeur.

Il sera ainsi récompensé par des réussites telles que celles présentées ici. Alors je rêve que ce disque fassent un tabac , obligeant les comptables en costume qui ont pris le pouvoir dans le business de la musique à revoir leurs copies.

Mieux , je rêve que ces hommes soient remplacés par des personnes aussi ouvertes que celles qui , avant eux , ont su laisser leurs chances aux grands groupes, que nous avons tant vénérés. Ty Segall pourrait ainsi récupérer le titre de musiciens incontournable qu’il mérite tant.

Je rêve donc je suis…

https://ty-segall.com/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :