Chroniques — 4 mai 2017 at 11 h 00 min

THE SWORD – Greetings From …

by
 
Depuis ses débuts en 2003, The Sword n’a jamais réussi à se classer dans un style prédéfini. Evoluant autant dans le stoner, dans le doom, en passant par le heavy ou le hard rock des années 70, chacun de ses albums est riche en nouveautés et en surprises. Leur grande force finalement, et c’est flagrant sur cet enregistrement live, c’est que l’on n’arrive jamais à se focaliser sur un instrument plus qu’un autre, et qu’on se laisse plutôt envahir par leur univers.
Loin de l’énergie viscérale de certaines formations, les texans prennent leur temps et privilégient l’ambiance à l’efficacité. Les titres sont relativement longs (plus de 7 minutes parfois) et se rapprochent de jams. Il est d’ailleurs probable que ces compositions soient nées d’improvisations endiablées, avant d’être davantage structurées par la suite. Une approche décontractée et nonchalante qui s’avère payante et conquérante par bien des aspects, le groupe sachant aussi émerger des vapeurs et faire parler la poudre.
Le combo américain possède également sa propre patte et développe ainsi un groove incendiaire et une identité sonore très forte, ce qui l’éloigne des groupes qui veulent à tout prix envoyer les décibels. A ce titre, on se laisse volontiers emporter par des pistes pleines de feeling. La guitare ne cherche pas à se faire virtuose, mais laisse au contraire suffisamment d’espace à l’auditeur pour qu’il puisse laisser son esprit vagabonder. Les riffs sont hypnotiques et poussiéreux, la section rythmique efficace et la similitude avec la voix d’Ozzy Osbourne viendra vous hanter durablement.
Grandement influencé par Black Sabbath, John D. Cronise au chant nous prend régulièrement à contre-pied, alors que les autres membres font l’inverse. Un manque de cohérence qui fait toute la richesse de leur musique, pour un nouvel opus qui s’écoute d’un seul bloc et sans réel temps mort. Le seul reproche que l’on puisse faire en fin de compte, viendra de la production, que l’on aurait préféré plus massive (même si la guitare surplombe l’édifice). Enivrant, exaltant, entêtant, ensorcelant et fumeux, je vous laisse le soin de découvrir ce Greetings From … 
 
www.theswordofficial.com
www.spinefarmrecords.com

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire