Chroniques Old — 30 août 2016 at 8 h 07 min

THE CORONA LANTERN – Consuming The Tempest

by

a2430999026_10

Abrasif, corrosif, poisseux, malsain, cradingue, dégueulasse mais magique : voilà des qualificatifs pour donner un aperçu rapide de ce que les tchèques de The Corona Lantern nous proposent. Le combo emmené d’une main de maître par sa chanteuse Daniela explore ici les bas-fonds d’un doom aux sonorités dégoulinantes de noirceur. Partons du début si vous le voulez bien. Tout d’abord l’artwork : d’une très belle facture où viennent se placer les signes ésotériques montrant bien que le but recherché n’est pas de nous proposer une balade au pays des bisounours.  Regardons maintenant le chant sale, lourd, écorché, déclamé par la demoiselle, ce chant qui rend la musique particulièrement malsaine. Ici pas de démonstration grandiloquente de technique, mais on comprend aisément que les musiciens savent très bien de quoi ils parlent, tiens prenons par exemple l’introduction percutante de « Beneath the leaves of solitary », qui contraste avec la lourdeur musicale du reste du morceau. Retenons également ces mélodies lancinantes qui, supplantées par la hargne de la chanteuse, vous font sentir l’odeur du souffre.  Et l’œuvre ne s’arrête pas là avec ce son de basse omniprésent, ces temps morts qui ne vous promettent que déferlement de haine et ces passages nous proposant de belles mélodies contrastant également avec ce chant malsain au possible. Prenons l’exemple encore de  « Incompatibles structures » qui voit tous les ingrédients précédemment cités faire de ce morceau , à mon sens, une des pièces maîtresses de cet album. Il ne nous reste que deux choses à explorer , la première étant la taille des morceaux qui, sans trop s’étendre dans le sujet nous permettent de par leurs 7 minutes de profiter un maximum de l’art développé par le groupe et la deuxième c’est l’attente, ou plutôt l’espoir un jour de voir débarquer sur les côtes françaises une déferlante tchèque prête à tout pour nous faire flirter avec la bête. Un grand plus pour cet album qui fend des billes de bois pour en faire des boîtes d’allumettes par milliers.

https://thecoronalantern.bandcamp.com

autoprod

Note de la rédaction
Votes du lecteur

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :