Chroniques — 20 avril 2019 at 11 h 12 min

THE CLAYPOOL LENNON DELIRIUM – South Of Reality

by

Résultat de recherche d'images pour "the lennon claypool delirium south of reality"

The Claypool Lennon Delirium est d’abord né de la rencontre de deux exubérants expérimentateurs musicaux, qui se sont rencontrés lors d’un festival. Le premier, Les Claypool, est une sorte de Zappa version Heavy Metal, se moquant de l’Amérique via des déluges sonores, où copulent le metal progressif, le funk et la country. Le second, fils d’une des plus grandes icônes de la pop, tente de perpétuer l’inventivité liée à son illustre nom.

On ne s’étonne donc pas que, quand il a pour la première fois rencontré Claypool, Sean Lennon a eu l’impression d’avoir trouvé son Paul Mccartney. Et après un premier disque passé inaperçu, South Of Reality risque de faire un effet comparable aux plus aventureuses perles britanniques. Bien sur , ce qui frappe au premiers abord, ce sont les similitudes avec l’œuvre beatlesienne.

Le Claypool Lennon delirium embarque l’auditeur dans un grand voyage sonore, qui suit de prêt le sillon laissé par un sous marin jaune, conduit par quatre garçon à jamais dans le vent. Perché en haut de sa montagne coloré, un Beatles devenu le symbole d’une pop aventureuse regarde les deux engins ce suivre d’un œil amusé. Il faut dire que, depuis plus de trente ans, il en a vu des jouvenceaux se nourrir des mélodies merveilleuses du sous-marin jaune.

Mais, comme certains d’entre-eux , le Claypool Lennon Delirium semble s’en servir pour mieux le faire muter en un délire psychédélique personnel. Si Blood and Rocket démarre sur une intro qui semble reproduire les vibrations du marteau d’argent de Maxwell ( je vous renvoies à Abbey Road), il n’en baigne pas moins dans une mélodie hypnotique délirante. Alors qu’importe que la voix du jeune Lennon rappelle incroyablement les chœurs insouciants popularisés par le groupe de son génial paternel, la proximité entre les Beatles et le Claypool Lennon Delirium est plus philosophique que purement musicale.

Tels leurs aînés découvrant les possibilités offertes par les studios d’enregistrement, le délirant groupe de Claypool et Lennon experimente de nouvelles rythmiques, cherche de nouvelles mélodies, et fait percer ses arpèges et solos de guitare au milieu de décors acidulés. Sur South Of Reality , les accords de guitares sautillent autour d’un rythme hypnotique, avant de partir dans des courses entêtante, que n’aurait pas renier le Blue Oyster Cult, le tout entourant une voix qui semble sortir des hautes montagnes évoquées par John Lennon, lors de l’enregistrement de « Tomorow never know ».

Boriska enfonce encore le clou psychédelique, mais cette fois avec une mélodie réconfortante , qui démarre comme un titre de George Harrison , avant de s’envoler vers des sommets spatiaux comparable au grandes figures du rock atmosphérique. Puis, progressivement , le trip se tend , la guitare se fait plus présente, et tresse un décors dépaysant en compagnie d’un violon sublimant son extravagante mélodie.

Prendre ses influences, les désacraliser, et danser sur leurs souvenirs bafoués, voilà le crédo de ce disque, et si vous doutez encore de l’excentricité de l’œuvre, jetez une oreille sur « Easyli Charms By Fools ». Démarrant sur un rythme de fête foraine, le titre est un pure acid rock, comme on en a plus entendu depuis les grandes heures des groupes Californiens les plus fous.

Alors, vous imaginez bien qu’en voyant tous cela, le scarabée que nous avons tous élevé au sommet de la montagne pop ne peut que jubiler. Comme nous, il sait sans doute que tout souvenir rabâché de façon trop respectueuse finit par mourir.

Alors, comme lui, délectons nous de ses mélodies spatiales , de ces solos décollant dans des univers inexplorés , et de cette voix familière et étonnante à la fois. Ce n’est pas tous les jours qu’un disque nous donne l’impression de partir aussi loin.

https://www.facebook.com/theclaypoollennondelirium/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :