Chroniques — 6 septembre 2017 at 11 h 00 min

Rex Brown – Smoke on this

by

Il y a des albums, à peine annoncés, au tout début de production, on redevient un gosse attendant impatiemment ses cadeaux de Noël. Lorsqu’il s’agit d’un artiste aussi reconnu que Rex Brown, ancien bassiste de Pantera (dois-je vraiment le préciser ?) ce sentiment ressurgit tout d’un coup. Il a été plutôt discret sur la scène musicale depuis la fin de Pantera et ses dernières collaborations avec Down. On l’aura entendu au sein de Kill Devil Hill pour deux albums, mais c’est tout. Puis finalement le vieux texan a décidé de se lancer dans un projet ambitieux, enregistrer son premier album solo. Il en a profité pour faire un peu de changement dans son approche musicale en échangeant sa basse contre une guitare en plus de s’occuper du chant. Surprenant mais il faut savoir que même du temps de Pantera il enregistrait certaines parties de guitares.

Cet album est sans doute l’un des albums les plus attendus de cette année 2017, en tout cas pour moi c’est certain. Est-ce que toute l’impatience que j’avais était justifiée ? En grande partie oui, mais…

L’album pourrait être découpé en deux parties très distinctes. Une première partie faite de riffs lourds, suffisamment marquant pour être gardé en tête pendant un bon moment. Autrement dit, du bon rock stoner de derrière les fagots. Tandis que dans la seconde partie, on part sur un style beaucoup plus acoustique, ce qui en soit est une très bonne chose. Le vieux Rex a réussi à ne pas s’enfermer dans un unique genre, et a donc su se diversifier. Le problème est que l’une des ses chansons, « What comes around… », est d’une longueur… Pas en terme de durée, mais c’est beaucoup trop répétitif et donc incroyablement long et lent. Ce titre va casser tout le rythme de l’album et devient la cause de ce découpage en deux parties. Dommage car la suite reste de bonne qualité, même si elle est un peu moins intéressante. Un seul titre redonnera du rythme, « So into you », mais trop tard car après il ne reste que deux chansons avant la fin de cet opus. En ce qui concerne le chant, Rex Brown a là aussi réussi à se diversifier avec un chant solide et très rock pour les passages plus musclés, et un chant beaucoup plus léger et aéré (malgré une voix assez rouillée) pour les titres acoustiques.

En soi, il s’agit en effet d’un très bon album, mais la perte de rythme se fait beaucoup trop ressentir. Ça reste, certes, l’une des sorties les plus importantes de l’année, il ne faut pas passer à côté, et surtout prendre le temps de découvrir cette galette. J’en attendais pas moins de Rex Brown.

http://www.spv.de/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire