Concerts Old — 25 novembre 2014 at 20 h 38 min

REPORT TRIBAL FESTIVAL 2014 – 23 AOUT PEYMEINADE

by

Adam Bomb_82

Le soleil était au rendez-vous pour cette 9ème édition du Tribal Festival de Peymeinade. Une édition à l’image de sa réputation, avec une belle organisation, une ambiance très sympa et une jolie programmation avec son lot de surprises et ses valeurs sures.

17 heures, le festival est lancé et c’est le groupe Black Sheep, un band local nouvellement formé qui a le dur labeur d’ouvrir les festivités en essuyant les plâtres au niveau son et en chauffant le public. Ce n’est jamais simple et le pari est réussi pour ce groupe de cover et ce, malgré quelques petites problèmes techniques auxquels ils devront faire face.

Ils cèdent leur place à Ace, un autre groupe local populaire dans les années 80 et qui s’est reformé il y a quelques mois. Ils sont attendus par un public de fan et c’est dans une ambiance bonne enfant qu’ils attaquent le premier morceau. Un répertoire Glam pour ACE, et qui fait toujours recette auprès du public venu nombreux pour voir le come-back du groupe. De bonnes compos et des zicos en osmose avec le public, ça rappelle le bon vieux temps aux aficionados…Seul petit bémol, une reprise des Who quelque peu écorchée à la fin du set mais que le public pardonnera sans problème vu la belle prestation d’ensemble du groupe.

Changement de plateau et c’est Voodoo Vegas qui entre en scène. LA découverte de ce Tribal Fest 2014 !! D’origine Anglaise, le band est composé de 5 membres au style Sleaze Rock influencé par Gun’s N Roses, Aerosmith et Skid Row. Très bons musiciens, excellentes compos bien ficelées et qui balancent grave, ajoutez à cela un chanteur beau gosse avec une voix  de ouf et à la technique vocale irréprochable et pour compléter le tout, un joli brin de fille à la seconde guitare, ce qui émoustille bien évidement les nombreux poilus, chevelu et tatoué du public…. Bref, vous avez un groupe qui tient la scène, qui envoi du lourd et qui a un réel potentiel pour se faire un nom dans le milieu du Rock. Un band à suivre….

C’est au tour de Furious Zoo de prendre possession de la scène. Furious Zoo est le projet parallèle du chanteur-batteur Renaud Hantson, connu notamment pour ses rôles dans l’Opéra Rock Starmania, la Légende de Jimmy ou Notre Dâme de Paris… Mené avec énergie par son Front Man, la formation nous livre un set qui mélange compos et reprises. Entouré de très bons musiciens et entre autre Michael Zurita, guitariste qui fait également parti de Satan Jokers, Renaud Hantson fait le show et entre deux morceaux nous agrémente de quelques anecdotes et notes d’humour bien à lui. Le groupe a une belle présence scénique, une belle énergie. Les compos extraites de leur album « Back to Blues rock » sont vraiment top et ça balance bien mais, et ça n’engage que moi, je trouve dommage qu’elles soient entrecoupées de reprises.

J’avais vu l’an dernier Satan Jokers et je dois avouer que j’avais préféré. Les reprises déjà ce n’est pas ma tasse de thé ou plutôt ma chope de bière serait plus adapté ici et même si je dois reconnaitre qu’elles restent de qualité, si je peux comprendre également la démarche du groupe qui est de se faire plaisir en jouant des standards du Rock sur des scènes plus petites, il n’en reste pas moins que des reprises, il y en a pleins les pubs et les restos du coin donc for me, les festsochs c’est pour y découvrir des groupes de compos et pas de la cover. Cela dit, je chiale, mais le public dans son ensemble a adoré et a fait un très bel accueil à Furious Zoo et c’est là l’essentiel.

Renaud Hantson,c’est un personnage atypique, un écorché vif, un mec à la fois généreux, sympa, entier et surtout un artiste, un vrai. Fan de sa voix dès la première heure, je l’avais découvert comme beaucoup dans Starmania, adoré dans Satan Joker, avis mitigé sur Furious Zoo. J’attends donc avec impatience son nouveau projet l’Opéra Rock de Satan Jokers « Sex Opéra » qui sortira le 2 décembre 2014, jour du bicentenaire de la mort du Marquis De Sade. A la vue des infos qui filtrent sur le projet et des belles collaborations musicales (Patrick Rondat notre guitar héros français, pour ne citer que lui et que j’apprécie particulièrement) je pense que cela devrait être une jolie surprise et cela devrait me réconcilier avec ce talentueux auteur compositeur et interprète qu’est Renaud Hantson.

Avant dernier changement de plateau pour accueillir le glameux New Yorkais Adam Bomb. Changement un peu longuet cette fois, lié à la quantité de matos à installer et des réglages à faire. Une bénédiction pour moi, j’en profite pour avaler quelques frites et une petite bière bien fraiche car depuis plus de 8H que je suis sur la brèche, mon Canon commence à peser sur mon épaule…. C’est un Adam Bomb bardé de guirlandes lumineuses et haut en couleur qui fait son entrée sur scène quelques 30 minutes plus tard. Planté devant son mur de Marchal, le New Yorkais, Survivor de la grande époque Glam balance ses premiers accords. Ouch!! Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a du son et je me congratule d’avoir eu la présence d’esprit de ne pas oublier les bouchons pour mes esgourdes….

Le guitariste envoi du lourd comme à son habitude, après, on aime ou on aime pas mais il faut reconnaitre que c’est un sacré gratteux. Dans le public, c’est assez partagé, tu as les fans inconditionnels, ceux qui découvrent le show pyrotechnique avec surprise et ceux qui n’aiment pas….ces derniers ne sont pas très nombreux car le guitariste est vraiment bon et ses compos, c’est de la balle. Gros faible pour le titre «I want my heavy Metal» qui est un mélange d’influences, Led Zep et Rolling Stones. Là aussi on a droit à des cover, Van Halen, Led zep, kiss… Sur Black Dog dès les premières note, Adam va casser une corde et parvient à continuer le morceau sans que ce dernier en pâtisse et c’est là, qu’on mesure la qualité du musicien…

Mais…et oui je sais, je chougne encore…je me suis levée avec l’esprit critique ce matin … même si j’aime le Glam et que visuellement le show d’Adam Bomb est un bonheur pour mon objectif, j’ai été un peu déçue car j’avais vu le guitariste il y a un peu plus de deux ans et, à quelques détails près (un boa en moins et une reprise de Kiss en plus) il nous livre le même show et les mêmes jeux de scène et même s’il le fait avec grand talent, je suis restée un peu sur ma faim. Il a au moins le mérite d’offrir un visuel sympa et de se donner à fond, ce que certains artistes plus connus ne font parfois même pas, ce qui est donc tout à son honneur. A souligner la présence pour quelques dates de Scott Earl, d’un bassiste californien à la crinière méchée et basse pailletée qui nous a servi un show à la Malmsteen…

Oui je sais…un bassiste Malmsteenien c’est pas commun, mais franchement ça rendait le concert pas mal péchou. Coup de pieds en l’air, mimiques, quincailleries autour du coup et des poignets, basse qui virevolte dans tous les sens, le gars bondit d’un bout à l’autre de la scène …Le jumeau caché à Malmsteen!! Au delà de la caricature, le gars dépote et joue le jeu du Glam à fond et le public adore. Moi, une fois n’est pas coutume, et bien je trouve ça bien fun. Entre blondes on se comprends LOL

Feux d’artifices, fumigènes, flambage de batterie et de guitare, de bonnes compos et des zicos qui ne se ménagent pas. Le show est bon, il tient la route et quand on connait un peu les conditions dans lesquelles Adam Bomb fait sa tournée, il a du mérite. Voilà un type qui aurait pu jouer avec Kiss et qui se retrouve à galérer 10 mois de l’années loin de sa famille, sur les routes Européennes dans son mini van, se tapant des milliers de Km et arrivant parfois juste avant le début d’un show. Sans oublier que le gars joue les roddies , chargeant et déchargeant un matos conséquent et qui parvient à garder le sourire, se prête volontiers aux jeux des dédicaces et des photos avec son public et se donne à fond sur scène. La vie de certains zicos n’est pas si idyllique qu’on veut bien l’imaginer et je tire mon chapeau à tous ces artistes plus ou moins connu qui galèrent sur les routes de France et de Navarre pour vivre leur passion. Bon c’était ma séquence psycho, émotico, analytique et sans transitions, on passe à la dernière ligne droite de cette soirée, la tête d’affiche, The Pat mac Manus band.

Que dire… whaouuuu !!  Mon coup de cœur de ce festival. Première fois que je voyais le guitariste sur scène et certainement pas la dernière. Bon vous allez me dire que je vois des jumeaux partout mais, après celui à Malmsteen, voici celui de Vai. Si si, je vous assure !! Mimiques, attitudes scéniques, énergie et sur certains morceaux même, le  touché à la Vai… Quelle présence sur scène, quelle pêche!! Un Pat Mac Manus charismatique, souriant et qui établit une vrai communication avec le public. Musicien hors pair, son concert est une tuerie. Influencé tant par du Gary Moore année 80 que par du Led Zep, sa technique guitaristique est excellente et le mélange swipping, tapping…toujours pertinent et savamment dosé. On passe du Rock au Blues, au celtique et c’est un vrai bonheur de le voir bouger d’un bout à l’autre de la scène, même si je dois bien l’avouer, le photographe qui est en moi rumine pour faire des clichés nets et auxquels il ne manque pas un bout de bras ou d’oreille.  Bref un Pat Mc Manus hyper énergique et résolument charmeur avec le public. Des compos superbes et un magnifique hommage à Gary Moore avec un Parisienne Walkway réinterprété de façon magistrale. Me voilà en version shama low!! Opération séduction réussit, le public est aux anges et fera une magnifique ovation au Band.

C’est sur un jam vraiment sympa entre Pat Mac Manus et Renaud Hantson que se terminera la 9eme édition de ce Tribal Fest. Ensemble ils interpréteront le titre «Needle in the groove» (écrit à l’époque de Mama’s Boys, le groupe de Pat fondé avec ses frères dans les années 80)… Moment d’intense émotion pour Renaud Hantson qui avouera au public avoir rêvé depuis longtemps de ce duo et, grand moment de délire pour les musiciens de Renaud qui en profitent pour jouer les groupies en folie derrière les crash barrières. C’est sur ce joli et friendly moment et la montée sur scène avec Pat de tous les artistes du festival pour un rappel au son endiablé de «La Grange» que se termine le Tribal Fest 2014.

On salue l’initiative de cette dynamique association Tribal ainsi que le boulot des organisateurs et des bénévoles qui ont fait de ce Festival un beau moment et une date Rock incontournable dans le sud. Prochain RDV , le Metalloween en octobre. Allez, on prépare les costumes de monstres et on achète ses billets. Ca va bouger dans les chaumières!!!

L’album photos ici : https://www.facebook.com/FlorenceMFPhotos

http://www.florencemfphotos.com

http://www.tribalroch.asso.fr

Note de la rédaction
Votes du lecteur

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :