Concerts — 7 juin 2017 at 11 h 00 min

[LIVE REPORT] : Chris Slade’s Timeline – Atelier des Moles Montbéliard 20.05

by

Il m’a fallu regarder par deux fois l’annonce du concert de ce soir. Chris Slade’s Timeline à Montbéliard !! Incroyable ! Le batteur actuel des légendaires AC/DC, Monsieur Chris Slade en personne, ici aux Moles !

Arrivé un peu plus tôt pour effectuer l’interview de l’artiste, je fus surpris par l’humilité, la gentillesse et la disponibilité du bonhomme. Vous verrez cela dans l’interview qui viendra prochainement.

Passons aux choses sérieuses, la salle se remplit petit à petit pour finir quasi complète afin de ne pas rater cette occasion de voir de près une icône du rock. Et là, en plein centre de la scène, sur 9m2, l’immense batterie complète qui tourne sur les scènes du monde entier avec les australiens. Quel frisson ! 21h30 pétantes, voici le groupe qui monte sur scène et c’est par un « Dirty Deeds Done Dirt Cheap » endiablé que le public fait connaissance avec le groupe. La voix est si proche de celle de Bon Scott qu’on en est bluffé ! Deux chanteurs se partagent la scène, Paul Davis pour toutes les reprises d’AC/DC et Steve Glasscock pour les autres titres ! Ils sont très loin d’être ridicules, tout comme les autres membres du groupe. Au travers de ces 2h30 de concert, on fait un voyage dans le temps, dans toutes les collaborations qu’a pu faire Chris Slade, laissant la part belle aux reprises d’AC/DC. On passe de Gary Moore (Parisienne Walkways), à Pink Floyd et sa collaboration avec David Gilmour (Comfortably Numb), en passant par Tom Jones (Delilah), Uriah Heep ou encore Manfred Mann. Cependant, il est clair que les morceaux du quintet australien font l’unanimité :  »Riff Raff »,  »Highway to Hell »,  »Hell’s Bells »,  »Thunderstruck » ,  »Back in Black », pour ne citer que ceux-là. Le point d’orgue de ce spectacle est le solo de batterie tant attendu de Monsieur Slade. On ne dirait pas que le type a 70 printemps tant sa frappe est sèche et puissante. Un vrai métronome en mode rouleau compresseur.

Le public est enthousiaste et chante à gorges déployées sur tous les titres, eux-mêmes entrecoupés d’anecdotes dont nous gratifie le batteur.

Petit moment d’émotion en fin de concert juste avant le rappel, lorsque Chris rend hommage aux frères Young et envoie ses vœux de rétablissements à Malcolm.

Le concert fini, la salle ne se désemplit pas comme à l’accoutumée, car tout le monde a son CD, vinyl, t shirt, photo à faire dédicacer par Chris, qui se prêtera au jeu avec un large sourire.

Merci aux Moles ainsi qu’à toute l’équipe de nous avoir fait vivre ce grand moment, et un immense merci à Monsieur Chris Slade pour être tout simplement ce qu’il est, c’est-à-dire un grand homme et un immense artiste.

 

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire