Chroniques — 10 avril 2017 at 7 h 12 min

POKERFACE – Game On

by
 
Malgré le fait que le thrash metal soit un style musical dans lequel il est très difficile d’innover, il arrive parfois que l’on tombe sur des formations qui nous proposent un contenu artistique solide et suffisamment personnel pour que l’on s’y intéresse de plus près. Formés en 2013 à Moscou, et signés sur le label français M&O Music, les russes de Pokerface ont clairement les moyens de leurs ambitions. 
Dès The Bone Reaper qui ouvre ce disque, le ton est donné. Pas une pause, pas un souffle n’est laissé à l’auditeur, qui se retrouve vite plongé dans un déluge de riffs, mené d’une main de fer par la voix de la tigresse Lady Owl. Si l’approche générale est heavy, la face thrash est bien présente, et inutile de chercher ici la moindre innovation, le groupe revendiquant son parti pris de se cantonner à ce qu’il sait faire.
On cherche alors une quelconque baisse de régime, mais on reste sur notre faim, tant ce Game On ne comporte aucune faille en matière de composition. Et la recette fonctionne jusqu’au titre éponyme, qui conclut à merveille cet album où aucun temps mort n’est à signaler. Les premières pistes balayent d’ailleurs les peurs et les incertitudes liées à leur pays d’origine. Pas courant en effet d’avoir à chroniquer un groupe venant de Russie, mais le quatuor connaît son affaire et a déjà partagé la scène avec Sepultura, Megadeth, Children Of Bodom, Kreator … rien que ça !
L’heure est donc à la réjouissance et même les plus fervents détracteurs du revival thrash ne devraient pas se sentir trahis, tant la formule proposée demeure efficace et fidèle à ses illustres prédécesseurs. Les variations sont multiples, l’intensité constante, la qualité d’écriture est là et l’écoute en ressort forcément grandie. Avec une rythmique imposante, un duo de guitares virtuose, Pokerface est clairement sur la bonne voie, et nous assène une véritable leçon et une montée d’adrénaline dans les règles. 
Autour de sonorités tranchantes et modernes, mais dont l’atmosphère se révèle parfois malsaine, ils poursuivent cette nouvelle aventure discographique avec panache (après un changement de chanteuse). Le tout est soutenu avec conviction, avec envie et nul doute que l’on entendra encore parler d’eux sur le vieux continent. Si vous étiez à la recherche d’un compromis entre Nervosa, Overkill et Arch Enemy, voici le combo qu’il vous faut (un vrai slogan que je m’empresse de déposer). Il ne reste donc plus qu’à espérer qu’un jour, ils franchissent les frontières de leur pays pour venir se produire par chez nous.
www.pokerface.band/
www.m-o-music.com
Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire