Chroniques — 16 septembre 2017 at 13 h 14 min

Nothing More – The stories we tell ourselves

by

Enfin ! L’attente fut longue depuis la claque de 2014 avec la sortie de l’album éponyme. Les texans avec leur rock 2.0 en fait sans doute l’un des groupes les plus sous-estimés de la scène rock actuelle.
La formule ultra efficace des NM ? Une voix exceptionnelle, une basse ultra-présente, des samples inspirés, des refrains entêtants. Mais au-delà de cette formule, le défi du renouvellement après un succès est toujours un exercice de haut-vol. 

Pour être honnête, même si les refrains faisaient mouches, les premiers extraits de cette nouvelle galette nous renvoyaient un Nothing More moins punchy, loin du killer single (« Don’t stop », « Let’em Burn » et dans une moindre mesure « Go To War »).
La première écoute nous rassure rapidement sur la patte NM. La dizaine de pistes (hors intermèdes) ne font pas tache, loin de là dans la discographie des américains. Certains morceaux comme « Ripping Me Apart », « Still in Love » ou « Who we are » se feront même une place de choix dans les prochaines set-lists du groupe. Les ingrédients sont là, la voix haute perchée de Johnny Hawkins, sex-symbol pendant son temps libre, dans une veine proche de Myles Kennedy d’Alter Bridge, les samples se veulent plus discrets mais intégrés plus utilement à l’ensemble et cette basse…..imparables !

Au final, ce nouvel album des Nothing More, s’il ne marque pas une évolution colossale pour le groupe confirme le potentiel des texans. Moins imparable mais toujours aussi addictif ! A confirmer en live. 

www.nothingmore.net

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire