Chroniques, Made In France — 28 mars 2017 at 6 h 53 min

LODZ – Time Doesn’t Heal Anything

by

 

Qu’il est vaste le monde du Metalcore, que ce soit au niveau mondial , comme français, les groupes se multiplient à une vitesse folle. Il est difficile dans ce contexte de sortir son épingle du jeu et de proposer quelque chose de pertinent pour l’auditeur. Mais dans tout fatras sonore, nous arrivons tout de même à trouver quelques groupes plutôt intéressants, aux sonorités aguichantes.

En 2010 naît Lodz. Très rapidement, le quatuor sort son premier EP qui lui permet déjà d’accéder à la scène off du feu « Sonisphere France », en 2012.  Un an plus tard, bim, les gars enfoncent le clou avec leur premier album « Something In Us Died », à traduire par « quelque chose en nous est mort ». Le rapprochement est donc très facile à faire avec le titre de ce nouvel album « Le temps ne guérit rien ». Ce qui meurt ne guérit pas, effectivement, mais de la chose disparue doit impérativement naître un enseignement. Et l’enseignement, il a été fait dans l’écriture de cet album, dans la production de l’album.

A l’instar de la pochette où s’entrechoquent pureté enfantine et noirceur des sentiments, la musique, elle, joue avec ceux de l’auditeur. Lancinant, énervé, planant, lourd, asphyxiant, prévisible, mais ingénieux, cet album est un réel plaisir à écouter. Certes, la formule est loin d’être nouvelle mais le songwriting est plutôt intelligent. Classez ça dans la catégorie que vous voudrez, mais clairement les gars arrivent à reproduire le son des plus grands (Cult Of luna est pour moi le premier nom qui vient en tête ) tout en y apportant un style, une voix , une exécution, qui lui sont propres. Propre, c’est aussi le constat que l’on peut faire en profitant d’une qualité d’enregistrement des plus aboutie. On remarquera la justesse d’exécution, ainsi que la très belle performance vocale. Ca chante sacrément juste, on a parfois le droit à des mecs qui nous donnent envie d’aller nous pendre à force de crier au désespoir dans leur micro, ici, le juste milieu entre chant « édulcoré  » et passages énervés est des plus judicieux. Franchement, c’est bien fichu.

Bref, si les gens ont tendance à se reposer sur leurs acquis et à nous distiller tout le temps la même soupe, il est parfois bon de trouver des groupes où le groove, la musicalité, la justesse, ou la tendresse, l’amour, et la hargne se côtoient pour former un tout des plus délectable. Mission accompli pour Lodz, on est impatient que leur tournée commence.

https://www.facebook.com/lodztheband/?ref=ts&fref=ts

http://www.klonosphere.com/main.html

 

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire