Concerts — 13 juillet 2017 at 11 h 00 min

[LIVE REPORT] KOOLOS FEST – 7.8 Juillet – Roannes ( 42 )

by

Me rendre jusqu’à Roanne pour aller voir Benighted, alors que je n’ai pas fait une heure et demie de route pour aller voir Terror…parfois je me mettrais des claques (oui je sais je devrais le faire). Mais franchement louper un week-end dans l’Est, avec des bons potes, Madame et du bon son, ça ne se refusait pas. Après une alte la soirée à Saint Etienne, direction Roanne sous une chaleur accablante. Ce n’est pas compliqué, on va prendre sévère toute la journée : 39 degrés à l’extérieur de la salle, je ne sais pas combien à l’intérieur mais un simple clignement d’œil te fait transpirer 3 litres. 

On attaque sur la fin du set de 21 grammes qui m’a l’air de faire revivre les sons distillés à l’époque par Noir Désir. Un rock édulcoré sympathique qui aurait mérité qu’on arrive un tout petit peu plus tôt. Au tour de Golhem de venir jouer. Le public est un peu clairesemé mais semble ravi de ce qui lui est proposé. Dans la lignée de Accept, les zicos mettent leurs tripes dans ce qu’ils font… y’a du niveau musical, c’est vraiment plaisant. Il y a tout de même une chose qui me titille,  c’est le chant, il y a un petit truc qui pèche même si la chanteuse ne ménage pas son effort. Franchement un bon concert, il faudrait réellement que le groupe bouge un poil de sa région et se ramène dans le sud, car ça s’approfondit tout ça!

Dû au fait de ma rencontre avec Ultra Vomit et du directeur de l’association organisatrice Koolos the Band, je n’assiste pas au concert de AESMAH, mais j’arrive tout juste à temps pour assister à l’excellent concert de Nightmares and Comedy. Alors on va retenir de ce concert l’effort scénique avec une mise en scène, parfois un peu juste, mais qui a le mérite de bien habiller la musique du groupe. On ne reniera pas la qualité musicale et l’investissement de ses musiciens. On va également relever et saluer leurs tenues, franchement il y a un vrai travail de recherche. Les danseuses, sont pas mal du tout mais par contre le gars qui fait je ne sais quoi avec son bâton, ça je n’ai pas compris du tout. Hormis ceci, c’est carré, c’est propre, musical avec une belle complémentarité des voix, il n’y a pas à dire c’est vraiment bon. 

Parlons maintenant de ce que tout le monde est apparemment venu voir ( oui car après ce concert les gens vont désertés le festival laissant à Benighted une 60aines de personnes à tout casser ) ULTRA VOMIT. Passer de l’affluence du Hellfest à 300 personnes ça doit quand même faire mal au cul, mais les personnes présentent mettent une ambiance du tonnerre. Le set va durer une bonne heure et quart, où toute la discographie du groupe va y passer  » Boulangerie pâtisserie », « Mountains of Maths » ,  » Je ne t’ai jamais autant aimé » , « Mechanical Chiwawa » j’en passe et des meilleurs. Si le ton est à la déconne, comme d’habitude, point de vue « zizique », c’est rudement efficace. Le groupe mène son public par le bout du nez et lui fait faire ce qu’il veut, comme par exemple le « Wall Of Chiasse » sur le titre « pipi versus caca ». Le set se déroule avec parfois de trop longs interludes vocaux, mais ça fait partit du jeu. On arrive vers la fin du set avec la présence sur scène d’ Andréas pour le tube d’Ultra vomit  » Je collectionne les canards vivants ». Le rappel sera composé de  » Kammthaar «  et  » Quand j’étais Petit ». On notera le taf très pro des ingés qui abattent un taf énorme avec des projections et autres joyeusetés, présentes à foison et très bien calées.  Un bon concert, voilà. 

La salle se vide considérablement, il devient facile d’accéder à la buvette et de se restaurer ( quoi que pour manger ça a été relativement facile tout le temps ), on se délecte d’une bière Ambrée locale et on se prépare à aller voir tranquillement Benighted. Après un putain de concert au Rat’s de Puget en Février, il fallait absolument que je retourne me prendre une claque. On va de suite noter LE truc de la soirée, c’est la présence derrière les fûts de Kevin Foley. Romain est blessé et est donc momentanément absent ( on lui souhait d’ailleurs un bon rétablissement). Et dans la salle il y a quelques anciens musiciens de Benighted (  il faut dire que le groupe joue pratiquement à domicile). Bon on ne va pas y aller par 4 chemins hein, eux ils ne sont pas non plus passés par 4 chemins pour nous coller une grosse mandale et ce, même s’il y a peu de monde. On entame le set avec deux titres de « Carnivor Sublime «  et le traditionnel  » Let The Blood .. ». Le set est exécuté d’une main de maitre et les gars sont complètement possédés ( on se demande même en voyant Pierre, si Julien n’a pas pris un patient au poste de bassiste). La setlist voit disparaitre  » Necrobreed » morceau joué en février et remplacé par  » Prey » qui lui, n’avait pas été joué. Aucun musicien ne ménage ses efforts, ça tabasse, ça tabasse et ça tabasse. Ce soir pas de guest sur un des morceaux, mais le set se clôture sur un  » Experience you flesh » qui voit presque l’intégralité du public rejoindre le groupe sur scène. Un point final au concert, de toute beauté. Il n’y a strictement rien à redire à ce set, Benighted a une force destructrice indiscutable, une maitrise technique indéniable et une rage incomparable. Une Arme de destruction massive ? Oui peut être bien!

On part en se disant que malgré la chaleur constante on a passé une superbe bonne journée et soirée. Musicalement ça a été cool, humainement, idem. On va tout de même féliciter l’association Koolos Of The Band qui organisait ce festival pour leur 10 ans d’activisme sur la scène locale. Vous avez fait le job et de belle manière, c’était impeccable ( mention spéciale aux bouteilles d’eau distribuées pendant Ultra Vomit ) et en plus vous accueilliez super bien les gens malgré la chaleur. Une première édition qui malgré les difficulté d’organisation que cela doit générer, mérite bien une deuxième édition. A l’année prochaine ?

https://www.facebook.com/koolosoftheband/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire