Chroniques — 17 avril 2020 at 8 h 00 min

KING SOLOMON HICKS – Harlem

by

Avec ses airs de jeune Gary Clark Jr, King Solomon Hicks surprend par un style définitivement vintage. au travers d’un album qui se permet le luxe de faire figurer plusieurs morceaux instrumentaux. Le mot d’ordre ici : le blues, le vrai.

Ce jeune homme d’une vingtaine d’années respire l’âme du blues, en ayant parfaitement incorporé la musique de ses pairs, à commencer indéniablement par le travail de Robert Cray. On croirait presque à une réincarnation, tant le timbre de voix est proche. Pour le feeling guitaristique, on reste de la même façon dans les classiques, entre BB King et Freddie King en passant par une touche légèrement british à la Clapton.

Une belle fusion donc autour de compositions bien senties, avec une production qui reste dans les standards de ce qu’on peut retrouver sur les albums du Mascot Label Group. Sans s’étendre sur l’album, nous retiendrons ici l’indéniable qualité artistique de ce nouveau King qui a déjà su s’imposer chez lui et dans l’hexagone comme un talent à surveiller de très près. Belle découverte en tout cas, l’occasion de réaffirmer que le blues n’est pas mort, et qu’il a même de très belles choses à montrer aujourd’hui.

Mascot Label Group

kingsolomonhicks.com

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :