Chroniques — 31 mai 2019 at 8 h 07 min

JOANNE SHAW TAYLOR – Reckless Heart

by

Résultat de recherche d'images pour "joanne shaw taylor reckless heart"

C’était au début des années 60 , dans une Angleterre plongée dans le blues, avant que celui-ci ne soit déformé par les relents psychédélique. Symbole d’un pays en pleine ébulition, Londres n’en finissait pas de swinguer sur les rythmes blues et rythm’n’blues de Clapton , des Stones , des Who… Et puis la formule s’est progressivement perdue, ces groupes partant dans des univers sonores de plus en plus délirants.

Coté Américain, le bon vieux blues rythmique commençait lui aussi à tomber en désuétude, Hendrix avait remplacé Bloomfield sur le trône du guitar hero d’une génération, lançant des années de sauvageries saturées.

Dans les années 60 , le rock avait deux tendance sur lesquelles s’appuyer , le rock rythmiques des stones et des débuts de Clapton , et les aventures solistes ou bruitistes de Hendrix , Pink Fairies et autres Deviant.

Après cette époque, le rock était devenu unijambiste, la majeur partie des groupes préférant enchainer les solos déchirants que de se mettre à dos un public friand de ce genre d’artifices. Bien sur , il y aura quelques exeptions , comme des oasis offertes aux oreilles des puristes , et les riffs de Malcolm Young , Billie Gibbons , ou John Fogherty pouvaient encore truster le sommet des charts.

Joanne Shaw Taylord est de cette école rythmique, mais il est étonnant qu’on en ait pas plus entendu parler. Repéré par Dave Steward des Eurythmic , elle à déjà sorti 7 disques , dont ce dernier « Reskless Heart ». Il faut dire que la bande des bluesmen invétéré bénéficie d’assez peu de pub de la part de magazines qui , depuis des années , préfèrent imposer les sifflement d’une new wave de plus en plus décadente. On se rappel de la couverture de rock et folk sur la femme , de son hors série sur Radiohead , ou de son petit dernier chantant les louange de la White Fat Family.

Je ne parle même pas des délires de certains sur la « french touch » , qui montrait des journalistes voulant à tout pris être « dans le coup » au point d’en devenir ridicule. Dans ce contexte, Joanne Shaw Taylord ne pouvait pas espérer une couverture, ou même un encadré de fin de magazine.

Sa musique , elle , n’est même pas conforme aux renouveau du hard rock , qui a souvent tendance à s’embarquer dans quelques improvisations bruitistes. Non, « Reskless Heart » est le disque d’une artisane disciplinée, dont la musique est solidement encrée dans des rythmes et un feeling ancestral.

Mick Jagger disait que le blues ne pouvait pas mourir, car il ne fut jamais à la mode, c’est l’expression la plus pure de l’âme humaine. Comme les Stones et leurs influences, Joanne Shaw Taylord maitrise cette façon de ne pas brusquer les notes, les laissant ainsi résonner avec volupté. A ce titre , « I’ve been loving you so long » est une merveille , un ballade bluesy oü les notes déchirantes rappellent la grandeurs des plus grandes ballades issues du Missisipi.

Mais n’allez pas croire que ce disque se limite à une série de bluettes langoureuse , ce n’est qu’une des facettes d’une guitariste qui accommode son blues à toutes les sauces. Le morceau titre, soutenu par quelques notes rêveuses de clavier , est une danse voodoo nostalgique, ou la batterie mène le bal avec force. Comme une respiration au milieu de cette rythmique hypnotisant , la guitare par dans un solo propre et court , privilégiant l’efficacité aux envolées tapageuses de Bonamassa.

Et , bien sure , on aura droit à notre dose de rock , ce glorieux rejeton du blues, qui reprend ici la force minimaliste de sa jeunesse. « In The Mood » n’aurait d’ailleurs pas fait tâche sur un disque des Stones période Mick Taylord ou , plus récemment , à coté des perles rythmiques de Temperance movement.

Et voila comment, en ce 21e siécle , le rock à retrouvé sa seconde jambe , les riffs de Joanne Shaw Taylord s’ajoutant à ceux de Blackberry Smoke , Temperance Movement , Blues Pills … Et , si ceux-ci sont dotés d’un feeling qui prend le temps de se déployer , c’est pour que ces riffs puissent résonner pendant une éternité .

https://www.joanneshawtaylor.com/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :