Chroniques, Made In France — 30 octobre 2017 at 11 h 00 min

IXION – Return –

by

Il y a 10 années de cela Ixion proposait à l’auditeur de plonger tout droit dans un nouvel univers musical, pesant, atmosphérique, en sortant : « Throught the space we die ». Aujourd’hui le duo composé de Julien Prat et Yannick Dilly revient avec « Return » un voyage musical d’une incroyable douceur. Il est à noter dans un premier temps que la formation reste fidèle à son label et sortira donc celui-ci chez Finisterian Dead End., un label qui diversifie vraiment les styles, plein d’éclectisme dans les choix des groupes à promouvoir !

Bon maintenant installez-vous pépouze dans votre canapé, servez-vous un bon picon ( ou un ricard hein je suis pas regardant) et préparez vous à un voyage interstellaire au pays d’Ixion. Une musique atmosphérique aux relents de doom, le tout appuyé par quelques nappes électro pas déguelasses. Julien Prat a fait un travail de programmation des plus aboutit sur tout ce qui est instrumentation. Pas d’exubérance dans les riffs employés, très peu de solo hormis ceux-du piano, pas de batterie tonitruante qui prend toute la place, franchement dans la simplicité de l’interprétation nait la richesse de la musique. Ici on va prendre le temps d’étirer les morceaux, de développer les ambiances, de varier les styles également. Si le groupe a toujours évolué dans un style doom atmosphérique, ici on a le droit à quelques touches de post rock mais aussi à l’apport, sur le dernier titre, de cornemuses qui donnent un petit côté celtique au truc, c’est pas mal du tout.  Ces mélanges de chants tout au long de l’album apportent à chaque morceau une couleur qui lui est propre. J’avoue que j’ai une préférence pour les intonations claires sur ce coup, car ça se prête parfaitement à la musique. En fait, ce qui vous est proposé, est totalement à l’image de l’artwork et des illustrations du livret. C’est une musique abyssale, une musique qui invite à l’évasion, au voyage , au lacher prise. Et ce qui est bien ça reste le contraste avec les passages un peu plus burnés qui apportent un petit côté malsain au truc.

On pourrait en écrire un roman tellement c’est frais, aérien, mélodique, et de très bonne facture. On ne va pas cracher dans la soupe, c’est bien foutu un point c’est tout. Un album qui devrait contenter les férus du genre, et offrir une belle suite à  » Enfant de la nuit »

https://ixion.bandcamp.com/

http://finisteriandeadend.com/

 

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire