Interviews — 26 novembre 2018 at 11 h 10 min

[INTERVIEW] SWORM ENEMY – Sal (chant)

by

La deuxième partie de votre tournée européenne est déjà bien entamée, comment se passe cette tournée anniversaire ?

C’était vraiment cool, ravi d’être de retour ! Nos concerts sont vraiment remplis maintenant, c’est super. Pour la deuxième partie on a fait 3 dates qui ont été fabuleuses. Le truc génial sur les deux premières, c’est qu’on jouait avec de très bons amis à nous E-Town Concrete, c’était vraiment amusant. C’est toujours génial de jouer avec des groupes dont on est proche. Donc que du bonheur jusqu’à présent.

J’ai vu qu’en septembre 2017 vous deviez rentrer en studio, où en est le successeur de «  Living On borrowed time »

On s’est envolé vers la Californie et on a enregistré avec le chanteur de Machine Head, Robb Flynn qui en était le producteur. Et le nouvel album.. bordel, c’est celui que je préfère, ca va être la guerre.
Ca va surement sortir fin janvier, début février, je pourrais pas vous donner une date précise le label nous l’a pas encore donné, mais on tient informés tous nos fans par le biais des réseaux.

Qu’est-ce qui s’est renouvelé dans la musique de Sworn Enemy depuis la dernière sortie en 2014 ?

Je pense qu’avec tous les membres qui composent le groupe aujourd’hui on est vraiment arrivé à un noyau uni et donc le processus de composition a décollé. On sait mieux ce qu’est Sworn Enemy et ça se voit à travers la musique qu’on écrit. C’est plus puissant et je suis vraiment ravi de cet album, et je le répète, c’est celui que je préfère de tous, celui-ci sera le meilleur.

Si à l’époque vous aviez mis en place un crowfunding pour sortir votre album, est-ce un procédé que vous remettrez en place ?

Bien sûr ! Je veux dire si nous devions le faire.. on aime pas beaucoup le fait de demander de l’argent aux gens, mais dans cette industrie c’est vraiment difficile si tu fais pas parti des gros. Je veux dire pour le précédent album et même pour celui-ci, on a tout sorti de notre poche, ca nous a coûté beaucoup d’argent. Donc comme je le disais si on avait pas le choix, on le ferait surement, mais on préférerait ne pas avoir à demander de l’aide à nos fans et le faire nous-même. C’est peut-être orgueilleux mais je n’aime pas emprunter de l’argent. Mais heureusement pour nous on en a pas eu besoin !

Bon « As Real As It Gets » est sorti il y a 15 ans est-ce que tu te souviens de comment s’est passé la composition de l’album ?

C’était ma première expérience dans l’enregistrement d’un gros album donc évidemment que j’ai toujours énormément de souvenirs : traîner au studio avec Le chanteur de Hatbreed Jamey, comme il était producteur. C’est un souvenir agréable, être dans le studio et y produire ce son.. On était comme des gosses !

Depuis cet album comment tu vois le temps passé et l’évolution musicale du groupe ?

Je dirais.. Si c’est pas cassé, ne répare rien. Et je pense que ce proverbe s’applique bien à nous, on est pas entrain d’essayer de ré-inventer la musique qu’on écrit, on garde ça basique et simplement ce qu’on fait. Fast-off, Breakdowns.. On a pas beaucoup changé, on est les même, avec la même formule mais un peu plus lourde !

Vous avez perdu plus qu’un musicien et ami en la personne de Paul Antignani, cette tournée est un peu spéciale car il a été le batteur de « As Real As It Gets » parle-nous un peu de ce qu’il a apporté au son Sworn Enemy.

C’est un batteur fantastique, il a toujours eu beaucoup de groove, juste sa façon de jouer tu pouvais dire quand il s’asseyait derrière sa batterie qu’il venait de New York, il avait la saveur qu’ont les New Yorkais. Toute la musique qu’on écoutait plus jeune, le Hip Hop, le Rock, le Métal, le Hardcore, il prit de tout ça et ça se ressentait dans sa façon de jouer et il l’a apposé sur disque. Il était fabuleux, et c’était quelqu’un de formidable aussi, c’était un très bon ami.

Il y a quelques mois vous avez proposé la réédition de vos albums en vinyle, est-ce aujourd’hui le moyen de conquérir un autre consommateur ou est-ce un support que vous souhaitiez exploiter ? Après tout vous auriez pu le ressortir en cassette ?

Aux US les cassettes c’est pas quelque chose que les gens veulent encore, personne n’en demandent, mais les Vinyles.. Ça devient la folie, tout le monde en veut ! C’est aussi les lois de l’offre et de la demande, les gens n’ont plus de moyens de les jouer et ça ne les intéressent plus, mais si un jour c’était demandé on en ferait sûrement.

Beaucoup de gens nous demandaient cet album en vinyles, et pour les 15 ans de l’album on trouvait que c’était une bonne idée et le meilleur moment pour ça.

Vous avez joué chaque année dans une soirée au profit d’associations de lutte contre le cancer. Pourquoi ce combat ?

C’est une maladie qui nous touchent tous. Mon grand-père est mort d’un cancer, ma mère a vaincu un cancer du côlon en phase 4. Donc quand on nous a demandé si on voulait participer à ce concert de charité, c’était logique pour nous de le faire. Le cancer ça concerne tout le monde, même si les gens ne sont pas atteints personnellement, ils connaissent forcément quelqu’un qui a été malade. C’est une cause qui vaut la peine d’être soutenue. Si on peut faire quelque chose qui peut aider ces gens-là, à quelque niveau c’est naturel de le faire.

Pourquoi si peu de concert en Europe et particulièrement en France, la dernière fois que vous avez joué ici c’était avec Agnostic Front au Rock Store c’était il y a plus de 12 années ?

J’aimerais qu’on puisse venir plus souvent, mais c’est pas évident. Mais au vu de comment les choses se passent pour nous, ça commence à revenir doucement, et je nous vois bien revenir beaucoup plus souvent en Europe, on a un nouvel impresario, avec Loud Noise. On était jamais venu deux fois en Europe en moins d’un an, travailler avec LN nous offre de bonne opportunité.

Et peut-être le Hellfest ! J’adore le Hell, il y a toujours une si bonne ambiance !

Qu’est-ce que vous avez envie maintenant ?

Ce que j’aimerais ? Que le nouvel album nous propulse à un autre niveau !

Okey : les dernières questions plus …ordinaires

Quel est le dernier bon livre que tu aies lu ?

Je peux pas trop répondre, je suis pas très fan de lecture .. Mais les comics j’adore !

Quel est le dernier bon album que tu aies écouté ?

Je dirais, notre dernier album ! (rire)

Quand tu viens en France tu préfères, le vin, la bouffe ou les femmes ?

Le vin! Je suis d’origine italienne, mon grand-père et mon oncle faisaient du vin quand j’étais gamin donc j’adore le vin !

Je te laisse le dernier mot.

Merci pour cet interview , j’espère que tu passeras une excellente soirée et qu’on se reverra dans le futur !

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :