Interviews, Made In France — 14 janvier 2016 at 7 h 53 min

[Interview] STONED ORGIES – Décembre 2015

by
20151129_203343
Après un premier contact en direct à Nantes, c’est par e-mail que VinZ (Stoned Orgies, Metalorgie, Dead Pig Entertainement-Nantes) a répondu à mes questions.
 
Daily Rock France : Les Stoned Orgies, ce sont selon vos propres mots des concerts lourds et gras sur Nantes…Pourquoi ce besoin de proposer ce type de soirées ?
Stoned Orgies : Et bien tout d’abord parce qu’on est absolument passionnés par tous les groupes qui proposent des sonorités « lourdes et grasses », que cela soit dans les esthétiques stoner, doom, sludge, et j’en passe ! La passion est le principal moteur. Ensuite, il y avait clairement un manque de représentativité de cette scène à Nantes. S’il arrivait parfois que certains groupes s’y produisent, c’était assez sporadique, et surtout, il n’y avait aucune organisation dédiée spécifiquement à ce genre de musique. Donc à un moment donné, quand tu te rends compte que tu commences à faire plus de concerts à Paris qu’à côté de chez toi, tu te dis qu’il faut faire quelque chose.
Daily Rock France : Est-ce une façon pour vous de concurrencer les Stoned Gatherings parisiennes ?
Stoned Orgies : Absolument pas, bien au contraire. Les Stoned Orgies se sont montées main dans la main entre deux structures : Metalorgie (dont je fais partie à l’origine) et les Stoned Gatherings (par le biais de Nico donc). Le principe est extrêmement clair : essayer autant que possible d’aligner la programmation nantaise sur la programmation parisienne. Ce n’est donc pas une concurrence, mais plutôt une synergie qui permet aussi de proposer directement aux groupes deux dates, donc ça facilite aussi le booking des tournées. Après, Nantes étant un peu excentrée pour certains routing de tournées, ce n’est pas toujours évident d’être raccord entre les Stoned Orgies et les Stoned Gatherings. Et puis eux existent depuis 5 ans avec une renommée internationale, donc forcément, ils ont aussi des exclus et c’est bien normal.
Daily Rock France : A l’initiative de ces concerts, il y a j’imagine, une passion commune pour ce style de musique. Quel était vraiment l’idée de départ ?
Stoned Orgies : Oui, comme je l’ai dit plus haut, le seul moteur c’est la passion. Donc l’idée c’est de proposer au public nantais, et également du Grand Ouest, des concerts qualitatifs avec des têtes d’affiches internationales, comme lorsque l’on fait venir Pentagram (même si la date a été annulée suite aux événements du 13 novembre), mais également des groupes à la renommée moins importante, mais qui assurent sur scène (je pense notamment à The Atomic Bitchwax, et je pense que tu ne me contrediras pas). On aimerait dans l’absolu que chacune de nos dates soit une bonne baffe dans la gueule du public.
Daily Rock France : Tous les amoureux de Stoner / Doom / Sludge / Psyché se retrouvent une fois par an sous la scène Valley au Hellfest. Pensez-vous qu’il y aurait de la place en France pour un festival type DesertFest comme en Angleterre, en Allemagne ou en Belgique ?
Stoned Orgies : Question compliquée. Je dirais oui et non. Le Hellfest a été l’un des premiers en France à proposer une programmation « stoner » de grande qualité. Chaque année ils envoient une programmation de fou sur la Valley. Les têtes d’affiche et les exclus iront forcément en priorité au Hellfest l’été. C’est déjà à prendre en compte. De plus, les Desertfest Berlin, Londres et Anvers sont très bien implantés au sein de la communauté. Et les français sont la première nationalité étrangère représentée sur les 3 éditions. Les français sont fidèles à ces festivals. Un festival dédié en France ? C’est possible, mais très périlleux.
Daily Rock France : Vous existez maintenant depuis quelques mois, quel bilan pouvez-vous en tirer ?
Stoned Orgies : Assez positif, les groupes comme le public ont répondu présent sur les 5 premières dates, avec une ambiance certes encore assez éloignée de la fureur parisienne, mais on espère que ça va venir ! Maintenant on se tourne vers l’avenir en espérant monter en puissance, que cela soit en termes de programmation ou d’expérience, avec la mise en place d’une communication plus identifiée (affiches, sérigraphies…), l’optimisation de l’accueil du public (restauration, befores, afters…), la mise en place récurrente de DJ-sets…Comme à Paris, on veut que nos dates s’assimilent à des soirées plutôt qu’à de « simples concerts ». Il faut donc trouver la formule adaptée aux différents lieux, et au public !
Daily Rock France : En quelques dates, vous avez réussi à vous imposer grâce à une programmation audacieuse, limite underground. Faut-il s’attendre à des évolutions importantes dans les mois à venir ?
Stoned Orgies : Merci pour le compliment ! Non, encore une fois, on continuera à proposer des groupes reconnus et d’autres moins connus, avec toujours ce souci de la qualité de l’expérience live.
Daily Rock France : Il existe désormais un nombre incalculable de groupes dans cette mouvance, lesquels selon vous sont à voir absolument en live ?
Stoned Orgies : Un nombre incalculable. Mais en ce moment on aime bien Bongzilla, Dopethrone, Fistula, Brothers Of The Sonic Cloth, Eyehategod, Toner Low, High On Fire, Mantar, Conan…
Daily Rock France : La programmation idéale pour une prochaine date Stoned Orgies ? Celle qui vous fait rêver !
Stoned Orgies : Personnellement, une date Eyehategod, Dopethrone et Bongzilla ça m’irait très bien ! Rien d’impossible donc.
Daily Rock France : Suite aux événements tragiques du Bataclan, avez-vous pris des mesures spéciales auxquelles vous n’auriez jamais pensé avant ?
Stoned Orgies : A Nantes pas particulièrement non, on reste assez préservé de toute menace, et j’espère que ça va durer ainsi. D’ailleurs on a fait jouer Monkey3 et She Hunts Koalas le lendemain des attentats au Ferrailleur. C’était très spécial comme journée et comme soirée, mais c’était nécessaire, et je pense que ça a fait du bien à pas mal de monde de sortir de chez eux et d’aller à un concert. A Paris c’est autre chose, ils ont dû renforcer les équipes de sécurité, ce qui engendre donc beaucoup de frais supplémentaires, faire face à une petite désertion du public… cela n’a pas été une fin d’année très simple pour eux.
Daily Rock France : Pour finir sur une note un peu plus légère, d’où vient cette allusion récurrente à « la bûche » ? Vous utilisez régulièrement cette expression « se prendre une bûche » ou bien « ça va bûcher » et je dois dire que cela m’intrigue fortement !
Stoned Orgies : La « bûche », c’est notre terme pour définir un groupe, un morceau, un riff, à la fois lourd, gras, sale, et qui nous scotche au canapé. Le dernier titre de Conan par exemple, « Revengeance », c’est une énorme bûche (on peut presque employer le terme « tronc » d’ailleurs). Donc quand on dit qu’on va « se prendre une bûche » ou que « ça va bûcher », c’est que l’on sait qu’on ressortira du concert aussi poisseux qu’un marécage de Louisiane, avec la nuque en vrac, les guibolles tremblantes, des sifflements dans les oreilles et surtout un sourire jusqu’aux oreilles. C’est ça une bûche, et rien d’autre. Je trouve que le terme a été pas mal repris et mis à toutes les sauces récemment (rires) !  Après, ça reste un élément de langage qui nous caractérise aussi, d’autant plus que l’on travaille actuellement à mettre en place une sorte de collectif des organisations françaises de concert dédiées au musiques « fuzz », que l’on a appelé « Alliance de la Bûche ». Et cela regroupe bien évidemment les Stoned Gatherings et les Stoned Orgies, mais aussi les lorientais de l’Amicale du Fuzz, les niçois de Caught By The Fuzz, les bordelais de Make It Sabbathy, les clermontois de Black Owl, les lyonnais de L’Oeil de Neron…On vous en dira plus prochainement !
– Remerciements à VinZ (Stoned Orgies), à Nico (Stoned Gatherings, Dead Pig Entertainement Paris), au Ferrailleur et à Metalorgie.
Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 16    Moyenne : 4.5/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :