Interviews, Made In France — 18 mars 2019 at 11 h 18 min

[INTERVIEW] PENSEES NOCTURNES – Vaerhon ( fondateur)

by

Bonjour Vaerhon et merci de de nous accorder du temps pour cette interview! Tout d’abord pouvez vous nous présenter le projet Pensées Nocturnes, sa genèse et son histoire?

PN est initialement un projet solo, ce n’est qu’en 2017 que d’autres membres ont rejoint le projet pour les lives, le studio restant pour le moment un travail majoritairement solitaire. Le projet s’autorise toutes les libertés possibles et imaginables pour peu qu’une matière cohérente et logique résulte de ce travail. De nombreux instruments et des influences diverses sont ainsi employés pour obtenir des effets relativement surprenants pour une musique ayant pour racine le Black Metal. Ayant débuté en 2008, la dernière sortie, Grand Guignol Orchestra, est le 6ème album de PN et développe une ambiance de cirque maudit.

Aviez-vous déjà été impliqué dans des projets Black Metal ou autres avant la création de Pensées Nocturnes, et êtes-vous impliqués dans d’autres projets depuis?

J’ai évidemment déjà participé à d’autres projets, que cela soit du Black Metal (comme Way to End) ou des formations diverses Jazz /Blues. Aujourd’hui PN reste ma principale occupation musicale. J’y consacre beaucoup trop de temps pour pouvoir m’investir dans un quelconque autre projet. Ayant un emploi du temps professionnel relativement chargé, je travaille en général sur le projet tous les jours entre 4h30 et 5h30.

Pendant près de 10 ans, Pensées Nocturnes est resté votre projet solo, et vous répondiez  souvent en interview que la scène n’était pas au menu. Qu’est-ce qui vous a motivé après tout ce temps à sauter le pas?

Après 5 albums studio le projet avait besoin de prendre une autre dimension et de trancher les langues en prouvant que la complexité des compositions n’est pas inhérente à un projet studio mais peut aisément se produire en live avec des musiciens dignes de ce nom. Je tenais également à taquiner d’une autre manière un public bien trop ancré dans ses habitudes en cassant ce clivage avec le groupe ainsi que cette idée de vouloir absolument jouer les morceaux conformément l’enregistrement studio. La musique de PN vit tous les jours, avec beaucoup d’improvisation, d’inventions incessantes, des renouvellement qui font que la routine ne s’installera pas.

L’identité de vos camarades de scène est-elle secrète ou pouvons-nous avoir des détails sur leur activité dans la scène et sur la façon dont vous les avez contactés?

Les membres live de PN officient tous dans d’autres formations plus ou moins populaires. Ce sont pour la grande majorité des amis avec qui j’avais déjà joué dans d’autres projets et qui sont tous des tueurs dans leur domaine respectif. Il en résulte un certain naturel dans le fait de jouer ensemble et qui se ressent clairement en live.

Parlons un peu de Grand Guignol Orchestra. Vous avez, mis à part la batterie, enregistré absolument tous les instruments. Cela doit représenter une somme de travail énorme j’imagine ? Quel est votre processus de composition pour intégrer autant d’influences différentes?

Je dirais que la trame des morceaux est en générale définie par la place qu’ils tiennent dans l’album mais que les détails sont eux pensés secondairement, durant la composition : un peu comme un peintre tracerait les gros traits de son tableau avant d’emprunter les pointes fines. Pour schématiser, la destination est connue mais pas forcément les chemins à emprunter, le parcours se dessinant au fur et à mesure. L’expérimentation étant prédominante dans PN il est pratiquement impossible de savoir à quoi ressemblera un morceau et c’est d’ailleurs tout ce qui fait le charme du projet : le fond est déjà pensé, ne reste plus qu’à lui trouver la forme la adéquate.

Pour GGO, certains passages datent de plus de deux ans. Fidèle à mon habitude, je pétris, travaille, retouche et remodèle sans arrêt les différents passages. PN est une pâte feuilletée que je ne cesse de plier, les couches s’empilent et s’additionnent sans répit. Jamais un morceau ne tombe du ciel tout cru, tout est le résultat d’un travail de tous les instants. La conséquence en est une densité certaine mais également un contrôle parfait de chaque détail. Tout est traité, jaugé, écouté et réécouté des dizaines de fois.

La majorité des instruments sont joués par moi-même ou d’autres musiciens, comme pour le live. Il reste néanmoins un petit nombre d’ambiances ou d’instruments trop exotiques qui restent de la programmation. Le nombre de ces derniers diminue d’album en album.

Il m’a semblé entendre sur certains morceaux quelques notes de Didgeridoo, c’est assez peu commun dans le monde du Black ou du Metal en général…

PN a toujours cherché à incorporer de l’inédit dans sa composition, que cela soit avec l’emploi d’instruments inattendus ou bien de style à l’opposé de ses origines.

Quels sont les plans pour l’année à venir? Beaucoup de dates ou festivals de prévus?

Nous allons effectivement enchaîner les dates très prochainement pour défendre GGO sur scène. Nous sommes très impatients de parcourir les scènes. Un projet de clip est en cours de réflexion également. Merci beaucoup!

Merci à Pensées Nocturne et à Alex ( Les Acteurs de L’ombre )

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :