Interviews, Made In France — 11 mai 2020 at 8 h 00 min

[INTERVIEW ORGANISATION FESTIVAL DE NEOULES] Corentin Trivero – Président de l’association Châteauloin Chemins Pluriels

by

ATTENTION CETTE INTERVIEW A ÉTÉ REALISEE AVANT L’ANNULATION DES FESTIVALS REGROUPANT PLUS DE 5000 PERSONNES

Corentin, merci à toi de reprendre du temps, deux ans après, pour répondre à nos questions. Déjà, bon anniversaire ! 30 années de festival, la première édition a eu lieu avant ta naissance si je ne m’abuse, quel est ton regard sur le bébé que porte l’asso de Châteauloin ?

Bonjour Fred ! C’est un plaisir de te répondre une nouvelle fois pour Daily Rock pour cette édition exceptionnelle ! En effet, ce sont les 30 dans du festival, et non, je n’étais même pas né à l’époque, je vais sur mes 27 ans. Mon regard ? Un regard admiratif, très heureux de mener l’équipe qui se démène chaque jour pour faire vivre ce festival, qui reste un événement incontournable en Provence verte, et toujours 100% par des bénévoles !

On a l’impression que le festival prend chaque année en ampleur ou en assurance, comment expliques-tu que les gens achètent leurs billets sans savoir un seul nom de groupe ?

Nous avons la chance d’avoir un public fidèle qui grandit chaque année ! L’année dernière, nous étions même complets sur la dernière soirée avec en tête d’affiche Dub Inc où nous avons malheureusement dû refuser du monde. Depuis 2 ans, nous ouvrons la billetterie en décembre car c’est une demande des festivaliers, et ça marche plutôt bien. Oui, je peux dire que le festival a pris de l’assurance, grâce à ses bénévoles motivés comme jamais qui préparent et organisent le festival.

Bon, cette année 4 jours c’est un pari risqué ou c’est assuré de marcher ? En plus, cette quatrième journée est placée sous le signe du metal, style qui est déjà apparu sous sa version punk, ska punk mais jamais à proprement metal. De qui est venue cette idée, et penses-tu que ça va marcher ?

Nous avions déjà fait 4 jours pour les 25 ans du festival en 2015, le public était ravi, les bénévoles fatigués mais très contents d’avoir réussi une nouvelle édition, alors pour les 30 ans du festival, on était obligé de faire 4 jours ! Rien n’est certain, nous croisons les doigts comme à chaque fois, mais les préventes sont plutôt bonnes pour l’instant !

Et oui, cette année nous vous proposons un show metal à Néoules avec les Tambours Du Bronx. La programmation 2020 restera fidèle à notre esthétique musicale habituelle, avec cette particularité de mélanger chaque soir différents styles de musiques actuelles.

On va parler un peu de la programmation. Est-ce que tu peux nous donner ton coup de cœur cette année, le groupe que tu es fier d’avoir à l’affiche, celui que tu aurais aimé avoir et celui que tu nous conseilles de découvrir ? Là où certains festivals voient les cachets des groupes augmenter, j’ai l’impression que vous, vous réussissez à avoir des groupes toujours accessibles et à diversifier votre programmation. Vous n’êtes pas plus impactés par l’augmentation des cachets que ça ?

30 ans obligent, il y aura des nouveautés mais aussi des artistes qui ont marqué les dernières éditions du festival ! Mon coup de cœur est le retour de Naâman, qui a déjà enflammé la scène en 2015 et qui s’était jeté plusieurs fois dans la fosse, instant mémorable pour tous. Je suis fier de recevoir les Tambours du Bronx, un groupe qui va, je pense, décoiffer notre public, avec son énergie et ses chorégraphies électriques ! J’ai hâte de les rencontrer !

Il y a tellement de groupe que j’aimerais faire venir à Néoules ! Chaque année, notre programmateur réalise nos rêves ! Mais un groupe que j’aimerais en particulier, c’est Manu Chao bien-sûr ! Peut-être l’année prochaine, qui sait ?

Le conseil d’administration attribue un budget pour la programmation, et c’est avec ce budget que nous répartissons par soir les groupes. Oui, les cachets d’artistes ont augmenté mais c’est surtout un travail de longue haleine et de négociation avec les boites de production, puis les groupes jouent le jeu et savent qu’ils sont reçus aux petits oignons.

En 2018, tu disais que le festival était endetté, où en êtes-vous dans les comptes ?

En effet nous avons récupéré en 2014 l’association qui était bien endettée, et nous sommes maintenant à l’équilibre mais chaque édition est toujours un défi. Rien n’est gagné !

Vous vouliez il y a deux ans devenir un festival labélisé « éco-responsable », est-ce un objectif que vous avez atteint, et qu’avez-vous mis en place pour ceci ?

Nous sommes toujours dans une démarche pour obtenir le label, ce qui est très compliqué avec un cahier des charges scrupuleux. Chaque année nous continuons nos efforts avec, entre autres : éco-cup, toilettes sèches, boissons bio et locales, restauration locale et de saison, cendriers de poche, sensibilisation des bénévoles et des festivaliers sur le développement durable…

Parle nous encore du Festi’minots, un vrai festival dans le festival ?

Le Festi’minots fête ses 15 ans cette année ! Comme il est organisé en journée au cœur du village, les rues sont pour l’occasion réservées aux piétons.

Ce festival est destiné aux plus jeunes avec des concerts “jeune public”, spectacles de rue ou théâtraux, différents ateliers, et la mise à disposition de jeux en bois surdimensionnés, manèges, etc… A ne pas manquer !

Hormis la quatrième journée, quels sont les projets en cours, et quelles nouveautés seront apportées ?

De nouveaux stands artisanaux présents sur le marché nocturne, de nouvelles animations sur le camping et plusieurs surprises pendant les concerts. Je n’en dis pas plus… Surprise !

Si aujourd’hui tu devais revenir sur tes 6 dernières années de présidence, qu’aimerais-tu améliorer ?

Plusieurs petites erreurs, peut-être ce qui m’a permis de toujours vouloir faire mieux, et de ne rien lâcher, et d’être toujours là ?

La force de ton festival, c’est l’humain. Je l’ai vu en 2015 lors de la fermeture du fest avec ta séance de remerciements et l’engouement dont font preuve tes bénévoles. Comment arrives-tu à fidéliser tes bénévoles et à les valoriser ?

Tout à fait ! C’est notre plus grande force et c’est ce qui fait que nous sommes toujours présents dans le monde culturel varois ! Chaque année, nous rassemblons plus de 140 bénévoles pour réaliser le festival. Je pense que l’ambiance du festival est leur principale motivation à revenir chaque année ! Tout au long de l’année nous organisons des réunions et des ateliers, ce qui fidélise la plupart d’entre nous.

Tu serais prêt à augmenter le prix des billets pour avoir un artiste incontournable ou tu préfères rester au tarif actuel et faire avec ce qu’on te propose ?

Il n’a jamais été question d’augmenter nos tarifs même si nous sommes amenés à avoir des artistes incontournables. Notre but est de promouvoir la culture pour tous à des tarifs abordables.

J’ai deux questions à te poser pour finir : tu es bénévole, quel est ton vrai métier dans la vie ? Et quel est la question que tu aurais aimé que je te pose ? Je te laisse le mot de la fin.

En effet je suis bénévole tout au long de l’année mais je suis également paysagiste.

Je pense que nous avons fait le tour de cette trentième édition et préfère vous laisser un peu de suspens pour la suite…

Pour le mot de la fin je vais aborder le sujet actuel qui suscite beaucoup de questions de la part de nos festivaliers, ce qui est normal. Pour le moment, nous ne sommes pas impactés concernant l’arrêté gouvernemental qui oblige la fermeture de certains festivals.

Une annulation du festival, même si elle reste fortement envisageable selon les décisions futures du gouvernement, n’est pour l’instant qu’une possibilité. Néanmoins, la mise en place et la préparation de l’événement restent compliquées, et les mesures sanitaires actuelles et futures impacteront de facto notre festival.

Nos priorités restant votre santé et votre sécurité, seuls les artistes internationaux restent incertains, dû aux différentes mesures de confinement de leur pays. Nous ferons tout pour que cette édition soit fidèle à nos valeurs, mais, vous vous en doutez bien, elle sera différente des années précédentes.

Ainsi, la trentième édition de Festival de Néoules est toujours d’actualité mais est suspendue aux décisions gouvernementales. A cet instant, aucune annulation n’est de mise, et notre envie de se retrouver autour de cet évènement cher à notre cœur nous incite à être optimistes et toujours plus motivés.

Nous vous tiendrons au courant régulièrement de l’évolution de la situation… Prenez soin de vous et vos proches, nous prendrons soin de vous du 22 au 25 juillet !

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 1   Moyenne : 1/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :