Interviews, Made In France — 27 avril 2020 at 7 h 38 min

[INTERVIEW / ORGANISATION / FESTIVAL COURTS OF CHAOS ] Thomas Fusée – secrétaire de l’association LA VONOLOGIE

by

ATTENTION CET ENTRETIEN A ETE REALISE AVANT L’ANNONCE DU REPORT DE L’EDITION 2020 DU FESTIVAL

Bonjour ou bonsoir et merci à vous de prendre un peu de temps pour répondre aux questions de Daily Rock France.

Avant de parler de cette nouvelle édition du Courts of Chaos parlez- nous un peu des raisons qui ont fait que l’asso  » La Vonologie » voit le jour et qui en sont les protagonistes ?

L’asso « La Vonologie » voit le jour le 11 mai 2015 à Plozévet. Au départ, c’était une bande d’amis qui avait pour centres d’intérêts le hard, la fête, Harry Potter et Star Wars. Le nom fut trouvé au cours d’une soirée arrosée sur une plage à Plouhinec, en 2011. 4 ans plus tard, et après la création de projets plus ou moins sérieux au sein de ce groupe d’amis, l’association La Vonologie est créée avec pour but d’organiser des concerts dans le Sud-Finistère et de permettre à certains groupes (dont Herzel) de jouer. De 2015 à 2016, l’effectif au sein de l’association évolue considérablement. A la fin 2016, elle compte Ion Philippon (président), Kévin Levern (vice-président), Paul Gourmelen (graphiste), Mickaël Caradec (trésorier) et moi, Thomas Fusée (secrétaire).

On sait que souvent l’organisation d’un festival tient surtout de l’état des comptes et du nombre de fréquentation des éditions précédentes …vous partez avec un festival aux comptes en équilibre ou vous allez serrer les fesses cette année ?

Les deux éditions précédentes étaient déficitaires mais la qualité de notre événement et la satisfaction du public comme des artistes ou des collectivités locales nous ont conforté dans l’idée que ce qui compte, ce n’est pas de rentrer dans ces frais dès le départ mais de fidéliser un public et une région autour d’un projet sérieux et de qualité. C’est ce que nous gardons en tête et nous n’élaborons pas de budget en fonction des années précédentes. En réalité, nous pensons avant tout à ce qui est nécessaire dans l’organisation d’un festival (des frais de sécurité aux frais techniques) et au line-up que nous voulons proposer. Une fois que tout est fixé, nous faisons simplement en sorte d’avoir assez de fréquentation et de gérer suffisamment bien notre organisation pour rentrer dans nos frais. Nous préférons nous donner à fond pour un événement et devoir éventuellement trouver des solutions pour en équilibrer son budget, plutôt que de nous limiter dès le départ et de ne pas être satisfait du résultat. Par ailleurs, étant donné notre situation géographique, on ne peut se permettre de faire les choses à moitié. Si on veut ramener du monde des quatre coins de la France et même du monde, on doit y aller à fond.

Il y a une aide financière d’une quelconque institution ou c’est vous qui vous auto-financez ?

Nous avons reçu des subventions de la part de la Communauté de Communes, du Département et de la Région pour l’édition 2019. Ces subventions nous ont permis de combler le déficit de l’édition en question, puisque nous avons eu plus de frais que pour l’édition 2018 mais pas plus de public.
Mais à part ces subventions (qui n’ont même pas représenté 10% du budget total 2019), nous nous auto-finançons intégralement.

Les soirées à Quimper vous aides pour le budget du festival ?

Les soirées à Quimper ne nous aident pas pour le budget du festival. Ces événements nous permettent avant tout de faire un peu de communication sur le festival et les autres concerts que nous pouvons organiser mais surtout, de créer une petite scène metal sur Quimper. C’est l’occasion de rassembler les amateur.ice.s de metal du Sud-Finistère, ce qui ne peut qu’être bénéfique pour notre association. Nous ne cherchons pas à faire nos événements dans notre coin mais à pérenniser la scène metal dans ce bout de Bretagne.

Troisième édition du Courts Of Chaos, quelles ont été les difficultés rencontrées pour l’organisation de cette nouvelle édition ?

Pour l’instant, nous n’avons pas rencontré de grandes difficultés pour l’organisation de notre festival. La question épineuse en amont de l’événement est toujours le booking des groupes, qui pour certains sont compliqués à booker. Mais à part cela, nous commençons à être rodés et les seules diffficultés que nous pouvons rencontrer sont relatives à de nouveaux services et/ou activités que nous souhaitons proposer à nos festivalier.e.s.

Ok parlez- nous un peu de la prog de cette année, quel groupe êtes vous les plus fiers d’avoir sur votre affiche ?

C’est compliqué de répondre à cette question, puisque nous ne faisons notre line up qu’en fonction de nos goûts. Nous sommes donc fiers de chacun des groupes qui se trouvent sur nos affiches. Cependant, celles et ceux qui nous connaissent, savent que nous rêvions de programmer Cirith Ungol au Courts Of Chao Festival, parce que c’est un des groupes pour lesquels nous avons monté cet événement. Nous sommes aussi particulièrement fiers de faire jouer Asphyx, qui est peut-être le plus grand groupe extrême que nous ayons jamais programmé. Nous sommes également honorés de recevoir des groupes comme Pagan Altar, Death Strike ou encore Jameson Raid pour leur premier concert en France. Sans oublier bien sûr Domine, qu’il nous tenait particulièrement à coeur de faire jouer, Mindless Sinner qui ont animé nombre de nos soirées entre ami.e.s, ou encore Slaughter Messiah et Night Demon, qui n’ont plus rien à prouver…. Enfin bref, tu l’auras compris, pas un groupe surr notre affche n’est choisi par défaut, nous sommes fiers de chacun d’eux.

A contrario est-ce qu’il y a un groupe pour lequel vous vous êtes battu, mais que vous n’avez pas réussi à avoir ?

Il y a toujours des groupes qu’on ne réussit pas à avoir mais il serait malvenu d’en parler ici, puisque l’avenir ne nous dit pas si vous les verrez sur les prochaines affiches du Courts Of Chaos Festival ou non 😉

Il y a des groupes ou des styles que vous ne programmerez jamais sur votre festival ?

Nous ne programmerons jamais de metal moderne, puisque ça n’est pas notre créneau et que nous avons des tonnes de groupes dans des styles plus traditionnels à faire jouer. Cela ne veut pas dire que notre association se limite dans ses choix de programmation mais tout simplement que ce festival a une identité et que nous ne comptons pas la trahir. D’autres projets s’orientant vers d’autres styles musicaux pourront cependant voir le jour par la suite. Nous ne nous posons aucune limite au niveau de l’association, tant que nous le faisons avec plaisir, honnêteté et sérieux.

La scène française est bien présente avec des habitués si je puis dire comme Herzel ou Hexecutor … il n’y a pas d’autres groupes français que vous aimeriez mettre en avant ( loin de moi l’idée de penser que ceux-ci ne le méritent pas)

Hexecutor est un cas particulier. Nous les suivons depuis leurs débuts et nos premiers événements ont eu lieu avec eux. Avec le temps, nous nous sommes rendu compte du potentiel incroyable de ce groupe et de leur qualité scénique. Si une forte amitié entre notre association et les Rennais s’est tissée avec le temps, c’est avant tout pour leurs qualités en tant que formation musicale que nous les mettons autant en avant. Et de fil en aiguille, nous avons décidé de toujours proposer à Hexecutor de jouer à notre festival, que ce soit pour le warm up ou le festival en lui-même. Ils font en quelque sorte partie des statuts de l’association et nous chercherons toujours à travailler avec eux. Nous cherchons également à développer ce groupe à notre manière, puisqu’il est pour nous un grand espoir de la scène bretonne et française en général. C’est pourquoi cette année, ils vous proposeront un show spécial au Courts Of Chaos 😉
Pour ce qui est d’Herzel, c’est bien simple, le président et le vice-président de l’association La Vonologie jouent dedans, tandis que le bassiste du groupe s’occupe du bar du festival. Pour ainsi dire, l’association a surtout été créée pour faire jouer Herzel au départ. Cependant, c’est bien la première fois que le groupe se produira au Courts Of Chaos Festival !
Pour ce qui est des autres groupes que nous aimerions mettre en avant, nous le faisons chaque année. Au moins 25% de notre affiche est composée de groupes français et nous comptons bien garder ce pourcentage de formations nationales dans notre line-up. Après, nous travaillons particulèrement avec certaines scènes dans lesquelles nous comptons des ami.e.s et acteur.ice.s de la scène, comme la scène rhodanienne/grenobloise (Electric Shock, Enokhian, Epitaphe, Grand Bouc Noir, Silverwind…), la scène poitevine (Manzer, Stonewitch, Silver Machine, Blackwyvern…) ou ncore la scène rennaise (Hexecutor, Cadaveric Fumes, Repugnizer, Cabaret Fantôme).

Comment expliquez-vous que certains groupes viennent se produire pour la première fois ici alors que ceux-ci existent depuis des décénnies ? Et en plus sur votre festival plutôt que sur une grosse machine ?

Avant toute chose, je tiens à préciser que ce que je vais dire n’est que mon avis, celui d’un gars né en 1995. Je n’aurai donc pas le même regard qu’un hardos qui était là dans les années 80.
Pour moi, il faudrait garder en tête que beaucoup de groupes que nous produisons au Courts Of Chaos Festival (en tout cas pour les groupes de heavy) sont des groupes qui n’ont pas rencontré le succès escompté dans les années 80 ou alors, qui ont été délaissés comme beaucoup de groupes de heavy traditionnel à la fin de ces dernières. Si aujourd’hui, des groupes comme Manilla Road, Cirith Ungol ou même Saracen ont du succès, c’est grâce à des festivals comme le Keep It True ou le Up The Hammers, qui ont permis à ces groupes de se produire à nouveau à partir du début des années 2000. La dynamique créée par ces deux festivals (et quelques autres) a permis à une nouvelle génération de hardos de s’intéresser à tous ces groupes quelques peu oubliés, tandis que les fans de la première heure retrouvaient les groupes avec lesquels ils ont grandit. Tout cela s’est notamment accompagné du développement du téléchargement illégal qui, malgré ce qu’on en pense, a fait connaître de nombreux artistes des années 80 à cette nouvelle génération de fans de metal. Petit à petit, ces fans de metal ont aussi développé le même intérêt pour le physique que les générations d’avant ont, ce qui a permis de relancer de nombreux groupes oubliés et d’en faire tourner également un certain nombre. L’explosion des réseaux sociaux a achevé cette dynamique et aujourd’hui, n’importe quelle personne peut se retrouver fan d’un groupe qui n’a sorti qu’une démo dans les années 80 et qui revient à la fin des années 2010 avec un contrat de label et une tournée de prévue. Cela a aussi ses revers (mise en avant de certains groupes qui ne valent plus grand chose en live mais qui sont « cultes », hardos qui passent plus de temps à frimer sur le net avec leur collection de patchs ou de disques plutôt que de soutenir les orgas de concerts et petits groupes, trop grand nombre de labels ou d’événements) mais je pense que la scène metal ne s’est sûrement pas aussi bien portée depuis les années 80.
Pour répondre à ta question donc, beaucoup de groupes qui ont pour certains 40 ans de carrière ont fait ou vont faire leur premier concert au Courts Of Chaos Festival, tout simplement parce qu’avant, le public n’était pas forcément au rendez-vous et que personne ne voulait prendre le risque de booker un groupe sans être sûr d’y retrouver ses billes. Mais on ne va pas se mentir, on choisit également notre programmation en fonction de ça. L’exclusivité sur les concerts des groupes que nous produisons est capital pour un festival aussi excentré que le nôtre. Nous avons besoin de ces shows spéciaux pour ramener du public de toute la France voire de l’étranger. C’est aussi pour ça que ces groupes jouent chez nous plutôt que sur de gros festivals tels que le Hellfest ou le Motocultor, nous les choisissons aussi pour cela.

Quelles sont les améliorations que vous essayez d’apporter à votre festival chaque année ?

Chaque année, nous essayons d’améliorer le confort de nos festivalier.e.s, de toujours être à leur écoute et de prendre en compte toutes leurs reemarques. Nous essayons également de développer d’autres activités qui pour nous peuvent être bénéfiques pour notre public comme pour la scène en général. Nous essayons aussi de relier notre événement à notre territoire, ce que nous faisons déjà avec notre nourriture locale et nos bières locales. Il se peut nous allions plus loin dans ces actions mais ça, vous le découvrirez bien assez tôt 😉

Aujourd’hui vous avez des pré-ventes à travers l’Europe qu’est-ce qui fait la force de votre festival, la com, la prog, l’accueil, les galettes saucisses ?

Ce qui fait la force de notre festival est, je pense, la qualité de notre line-up, le tarif du pass 2 jours et le bouche à oreille. Bien entendu, nous avons une bonne communication via les réseaux sociaux et la promotion que notre partenaire A Jeter Prom réalise pour nous mais n’oublions pas que nous sommes dans une scène confidentielle. Ainsi, tu as beau faire la meilleure promo que tu veux en France, si ton festival ne fait pas parler de lui à l’étranger, tu as peu de chances que ton événement soit pérenne. Mais heureusement pour nous, nos nombreux contacts à l’étranger (dont certains ont joué au festival les années précédentes) ont beaucoup parlé du festival dans leur pays et nous ne pouvons que leur être reconnaissants.
Nous pouvons également nous énorgueillir de l’accueil que nous réservons aux festivalier.e.s mais aussi aux groupes. Nous avons monté le festival auquel nous aimerions aller (ou jouer) et je pense que cela se ressent beaucoup dans la qualité de notre événement. Nous cherchons toujours à faire mieux pour tout le monde et si nous avons aujourd’hui des gens qui viennent de l’étranger, c’est aussi grâce à cela. D’ailleurs, un certan nombre de nos festivalier.e.s étranger.e.s font partie de groupes que nous avons produit en 2018 ou 2019.

On trouve quoi sur votre Metal Market ?
Sur notre Metal Market, on trouve des t-shirts, de la musique sur support physique (vinyles/CDs/tapes), des patchs et des fanzines. En bref, tout ce qu’il faut pour faire de toi un bon hardos. Pas de biblots, pas de déguisements, l’essentiel, rien de plus et rien de moins.
Et bien entendu, les styles musicaux représentés sont les mêmes que tu pourras retrouver sur scène au Courts Of Chaos Festival 😉

Hormis Thin Lizzy vous souhaiteriez avoir quel groupe l’an prochain ?

……. Crimson Glory et Darkthrone ? 😀 Non, plus sérieusement, nous ne pouvons pas répondre à cette question, tout simplement parce que nous travaillons déjà sur l’affiche 2021 et que nous sommes déjà en pourparlers avec les groupes que nous aimerions booker pour cette future édition. Il faudra donc attendre que nous vous les annoncions pour que vous sachiez quels groupes nous souhaitions avoir pour 2021 😉

On vous remercie beaucoup, on vous laisse le mot de la fin et on vous souhaite tout le meilleur pour cette nouvelle édition !!

Soutenez les festivals et orgas de concerts qui se bougent tout au long de l’année pour vous préparer des événements aux petits oignons ! Soutenez le Pyrenean Warriors Open Air, le South Troopers, le Anthems Of Steel, le Rising fest, le British Steel mais aussi le Neuronoise, le Black Speech, le Winter Rising et tous les autres festivals de qualité qui se trouvent en France. Sans oublier les assos comme Heavy Duty, Metal Invasion, Exécution Publique/Volume Brutal, Murder By Decibels et consorts qui font vivre la scène metal dans leur ville du printemps à l’hiver.
Soutenez également la scène locale, les petits labels, achetez de la musique au format physique et ne vous limitez pas qu’aux productions dont tout le monde entend déjà parler.

Enfin et surtout…

STAY HEAVY !!!!!

Merci à Thomas !!

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 6   Moyenne : 4.2/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :