Interviews — 22 novembre 2017 at 21 h 29 min

[INTERVIEW LES ARTS BOURRINS] Primal Age ou les précurseurs infatigables – Didier (Chant) Dimitri (Basse)

by

L’occasion était trop belle. Primal Age, précurseur d’un genre musical à mi-chemin entre le hardcore et le metal, était de passage aux Arts Bourrins. La sortie très remarquée de leur EP « The Silent Wound » était une bonne entrée en matière pour faire le point sur leur 20 ans de carrière et leurs projets. Entretien avec Didier et Dimitri.

Après vingt ans de carrière, on n’arrive toujours pas à vous cataloguer dans tel ou tel style, mais peut être que vous n’avez plus grand chose à prouver?

Didier : Il y en a qu’y disent que c’est hardcore d’autres que c’est pas hardcore.  Pour les hardcoreux ont fait du metal. Pour les metalleux ont fait du hardcore. On a le cul entre deux chaises. C’est le parfait mélange des deux. On a foutu le bordel avec Kickback et Arch Angel. On a pris le mix des deux et maintenant c’est la merde. Maintenant, il y a trop de cases : Death core, machin, bidule… Mais c’est vrai qu’on a été les premiers à mixer les deux. 

Et si, on a toujours quelque chose à prouver, et heureusement ! Dans certains festoches, on est encore classés « découverte ». On a fait une date avec Black Bomb A en 2011 ou 2012 à Châteauroux, et il y a eu des p’tits jeunes qui nous ont dit : on ne vous connaissait pas, vous êtes presque aussi bons que Black Bomb A. C’est bien ce que vous faites. (rires)

Vous avez toujours les mêmes bases de revendications : la cause animale, la consommation de masse…  L’époque que l’on vit doit être un vrai bonheur pour l’inspiration ? 

Dimitri : Effectivement, il y a de quoi faire, mais le piège c’est de ne pas tourner en rond. Sur un album, je vais m’autoriser maximum quatre morceaux qui vont aborder un thème, et toujours sous un angle qui n’a pas été attaqué. Un coup, ça va être sur les OGM, un coup ça va être sur les laboratoires, ça va être sur la surconsommation….

Didier : Le problème c’est que maintenant on a de la matière avec ce qui se passe depuis quelques années. Il y a vingt ans c’était plus compliqué. Maintenant, ça nous permet d’élargir les thèmes.

La difficulté vient-elle du fait d’avoir accès à plus d’informations, ce qui implique plus de profondeur aux textes de Primal Age ?

Didier : Oui et non. Disons qu’il y a on a plus de matière aujourd’hui.  Il n’y a plus que la cause animale. Il y a la déforestation qui n’existait pas il y a quinze, vingt ans. Il y a la surconsommation de viande, l’obésité, les OGM… Ça élargit, tout en restant dans le domaine dans lequel on est. 

Dimitri : Ne serait-ce que le terme vegan, aujourd’hui tout le monde l’a entendu. On en est même étonnés. On entend ça la radio, à la télé… Alors qu’il y a vingt ans, personne ne connaissait  ce mot.

Didier : Dans les années 2000, quand on jouait en Allemagne, on a mangé les premiers gâteaux vegans avec de la chantilly vegan. Et même, déjà, en Belgique, qui est pourtant un pays plus petit que le nôore. Le problème, c’est que l’on est dans le pays de la bouffe. Maintenant, peut-être plus forcément le pays de la bonne bouffe comme on le prétend. Du coup, le veganisme se transforme en phénomène de mode.  C’est pas que ça nous fait peur mais… Il y  a 20 ans, on bataillait pour ça. Aujourd’hui, on ne va pas se plaindre que ça s’élargisse. Même si des sociétés comme Herta ou Fleury Michon sortent des produits végétariens, on sait que, derrière, ce n’est pas une question d’éthique :  c’est une question de profits. Ça, ça me dérange. Et, en plus, la qualité n’est pas là.  Pour les gens qui sont novices et qui veulent découvrir le végétarisme, c’est certainement pas par là, par ces produits-là, qu’il faut passer. Que ces marques-là s’inquiètent et sortent des produits, c’est ça qui interpelle.

C’est un message que vous véhiculez au travers de vos chansons. Est ce aussi un message que vous revendiquez clairement sur scène? 

Didier : Avant, effectivement, un morceau en particulier. Avec moins de virulence, parce que quand on était jeunes et fougueux, on avait  la virulence et on avait la niaque. On a toujours la niaque mais on essaye de faire passer le message différemment. Avant tout, les gens sont là pour la musique. Après, s’ils peuvent s’intéresser aux textes, à ce que le groupe véhicule, c’est constructif pour nous. 

Dimitrix : On s’est rendu compte qu’en attaquant les gens frontalement, on les rebutait. Si tu veux les intéresser et discuter après, mieux vaut aborder les choses calmement. Et les discussions sont beaucoup plus constructives en faisant passer le message sur le stand, avec un ou deux tracts. C’est très enrichissant pour nous. On se dit qu’on ne se fait pas chier à écrire des textes, même si nous ne sommes pas des grands paroliers comme l’étaient Gainsbourg ou Brel. 

Didier : C’est intéressant que les gens suivent la zik, l’artwork, le packaging. C’est important pour nous. On a toujours voulu faire de la qualité. Pour le merch, on a toujours mis l’accent sur de beaux designs. Les gens payent pour les places, dépensent de l’énergie, du temps, de l’essence pour venir nous voir. La moindre des choses est de proposer de la qualité. C’est une forme de respect à nos yeux.

Le respect passe par les concerts, et de ce côté là, on peut dire que vous ne lésinez pas?

Didier : Pas tant que ça. Parce qu’on n’a plus envie de bourlinguer comme à une époque. Quand tu as vingt ans, tu veux jouer partout, tous les week-ends. Quand tu en as cinquante, tu apprécies de rester un peu à la maison, de profiter de ta famille.  Et puis, on préfère faire des plans plus intéressants. On est de plus en plus sélectifs. Pas dans le qualitatif, ce serait peut-être prétentieux comme mot. Mais parce qu’on ne refuse pas de jouer dans des petits endroits. Si les conditions sont là. Si le public est réceptif, ça nous fait des bonnes soirées. Comme on a fait, récemment, à Rouen, (Hardest Fest, Hipster Café, décembre 2016). Ça faisait très longtemps qu’on n’avait pas joué dans un endroit comme celui là et on a pris du plaisir. On a un peu plus envie de voyager. On mise plus sur des tournées lointaines.

Dimitri : On n’a pas trop fait de dates en 2016. On a eu une petite période de transition pour intégrer nos deux nouveaux guitaristes. Il y a eu une phase d’adaptation pour s’assurer que la mayonnaise prenait. C’est pas forcément évident quand il y a un changement de line-up comme ça. Surtout deux personnes d’univers aussi différents. Un des deux n’était pas né quand on a démarré. On fait centre de formation, on le revendra plus cher. (rires) 

Un nouvel album en perspective alors?

Didier : Et oui. Il y a déjà pas mal de morceaux d’écrits. Le quatre titres a mis l’eau à la bouche à beaucoup de personnes et de médias qui attendent la suite assez rapidement. Ce n’est pas dans nos habitudes de sortir tous les ans mais là, on va sûrement sortir le nouvel album l’année prochaine. Les retours du EP ont été très très bons. Au delà de ce qu’on imaginait, même si nous étions persuadés d’avoir fait du bon taf. 

Dimitri : On a eu la contribution d’un pote, extérieur au groupe. Le batteur de Seeker Of The Truth, un groupe de old school des années 80, que l’on connait très bien depuis plus de vingt ans. Il avait des morceaux dont il ne faisait rien avec son groupe. Il a balancé et on s’est dit : banco. On les a remagné à la Primal Age. Ça a un peu facilité la tâche. On a déjà pas mal de morceaux de composés pour le nouvel album. On est censé enregistrer dans un an. Si ça pouvait sortir en fin d’année 2018, ce serait cool. On a quelques demandes qui vont augmenter notre quota de dates pour 2018. On a une moyenne de quinze dates par an. Donc on va tâcher de palier à tous ces projets sur une année.

Didier : Tant qu’on a la passion et que ce que l’on fait plait, on continue. Le jour où on nous fera comprendre qu’il serait temps d’arrêter : on ne fera pas le combat de trop.

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire