Interviews — 14 juillet 2017 at 11 h 00 min

[INTERVIEW HELLFEST] MONKEY 3 – Boris ( Guitare – chant) Kevin ( Basse) –

by

3ème participation pour Monkey 3 au Hellfest, vous aussi vous l’avez vu grandir ce festival, comment avez-vous vécu cette 3ème participation ?

Boris : Avec moins d’appréhension que la première en 2010.  A l’époque, en 2010, il n’y avait pas de scène Stoner, c’était la Terrorizer Tent,  on jouait entre un groupe de Hardcore et un groupe de Grind et c’était super. Là, il y avait moins d’appréhension, on va dire normal quoi. Et le festival grandit de la bonne manière c’est vraiment bien .

 

Quelques 16 années se sont passées depuis la naissance des Monkey3, comment vois-tu l’évolution de votre musique ?

Kevin : (rires) Moi je ne peux pas répondre car ça fait 3 ans que je suis là, vas-y Boris.

Boris : Je trouve que les coiffures du groupe on quand même bien évolué ( rires)

Kevin : Oui c’est le côté esthétique qui a vraiment changé.

Boris : Je peux pas vraiment juger , c’est plus à vous qui avez vu l’évolution en live , de juger l’évolution.

 

Voila prêt d’un an qu’est né  »Astral Symétrie » quel regard vous portez sur cet album maintenant ?

Boris : La première chose à dire,  c’est qu’on est très satisfait de ce qu’on a sorti.  Après on se demande si on a pas fait un disque à contre-courant. C’est-à-dire qu’il est long, conceptuel (réflexion) qui demande à être écouté dans son entièreté, un disque qu’il faut prendre le temps d’écouter.  Est-ce qu’on n’est pas dans une période où peut-être que les gens, d’une manière générale, cherche autre chose, quelques chose de plus immédiat.

Kevin : C’est vrai qu’il y a ce sentiment-là.

 

Du chant vous en aviez fait l’expérience après avoir sorti un Ep de reprise puis piouf plus grand-chose. Qu’est-ce qui vous incite à mettre du chant ou non.

Boris : La curiosité d’essayer quelque chose d’autre, car à force de faire des disques, on a toujours cherché à faire que le nouvel album soit différent du précédent. Quand on a commencé à faire cet album on s’est posé cette question : que faire de nouveau ? Et le chant a été une option. C’est pas un album chanté non plus, c’est principalement instrumental, on essaye d’intégrer les titres vocaux en live. Mais on a essayé quelques chose, on a essayé d’ouvrir certaines portes, est-ce que ça fonctionne ou pas?…Ca c’est le public qui décide. On a essayé d’apporter des choses à ce qu’on faisait déjà. Comment on pouvait rajouter une ambiance supplémentaire. Après cet album c’est un album concept, avec une histoire. A un moment donné les notes et les ambiances ne suffisaient plus à raconter cette histoire il y avait besoin de texte. On s’est dit que peut-être en faisant comme ça, ça pouvait le faire. Maintenant cet album marque également l’arrivée d’un nouveau membre dans le groupe. C’était donc important d’emmener une nouvelle identité. A un moment il y a des choses qui ont changé et c’est également un moyen d’affirmer cette nouvelle identité.

 

Kevin, c’est ta première participation à la production d’un album de Monkey 3 quelle a été ta pierre à l’édifice

Ecoute j’ai déjà commencé en apprivoisant le travail de l’ancien bassiste, puis on a décidé de faire un noveau disque. On s’est mis au travail en composant ensemble. J’ai emmené quelques idées mais on a tous participé, j’ai comme tu l’as dit apporté ma pierre à l‘édifice et c’est plutôt concluant dans le disque. Après travailler avec eux était un réel plaisir, beaucoup de travail, beaucoup de réflexion, un long projet. Comme l’a dit Boris c’est un album qui a pris du temps, avec beaucoup de nouevaux éléments. Guillaume notre clavier a également pris la guitare, en live il joue aussi mais pas aujourd’hui, il fait de la guitare, des plans au chant, c’est un projet qui ouvre des portes et ça me fait plaisir de faire parti de ce projet.

 

Les ambiances sont multiples dans votre musique, est-ce qu’il y a certaines périodes plus propice à composer que d’autres ?

Boris : Contrairement à ce que vous pouvez penser c’est pas l’hiver qu’on est le plus inspiré. C’est plutôt au grand beau, dehors en balançant des riffs c’est là que l’énergie est positive pour faire des trucs

Kevin : Plutôt que d’être au lac à faire des grillades ( rires )

 

Est-ce que la beauté de votre musique naît de la longueur de vos morceaux ou ceci aurait le même aspect avec des titres plus court ?

Boris : Je ne peux pas répondre à ça, on va dire que j’ai la grosse tête

Kevin : Je pense qu’avec Monkey on prend le temps de poser les ambiances pour bien instaurer ce côté émotionnel, on a besoin de temps pour faire ça. Tu vois les morceaux plus court, de moins de 5 minutes ce n’est pas assez, maintenant est-ce qu’on y arrive? Je ne sais pas, ce n’est pas à nous de juger. Souvent on aime bien développer les ambiances jusqu’à les rendre parfois insoutenables pour passer ensuite à autre chose. On a un troisième album tout en longueur dans les passages

 

Vous avez des artworks soit très épurés soit pleins de petits détails. Quels consignes vous donnez aux différentes personnes travaillant sur vos pochettes ?

Boris : amuse-toi, fait ce que tu veux !!

 

Live at Freak Valley sort bientôt, qu’avez-vous voulu faire de mieux que sur «  Live At Aventicum » ?

Boris : Déjà c’est en live avec Kevin avec notre nouveau, plus si nouveau que ça, bassiste, ça représente la nouvelle version du groupe. Après  contrairement au live précédent, là c’est un live dans son entièreté, de la première à dernière note sans aucune coupure, ( rire) avec le même mec avant qui fait l’annonce au début du concert. C’est le live le plus honnête du monde. C’est le live qu’a joué le groupe avec les fausses notes et tout le merdier. ( rire)

 

Est-ce que vous avez déjà pensé à proposer vos services pour la mise en musique d’un film ?

Boris : Sincèrement c’est quelque chose qu’on adorerait faire mais l’occasion ne s’est jamais présentée… si quelqu’un nous lit qu’il se manifeste.

 

Certains membres de Samael  écrivent les mises en scène de son et lumière, certains membres de Nostromo développent la scène électro en suisse ; Est-ce que vous pensez apporter votre pierre à l’édifice du développement culturel suisse ?

Boris : Oui on deal de l’herbe ( rire général) Écoute on a toujours été en marge de cette scène. On a toujours travaillé avec des gens, en Europe, mais la Suisse ça n’a pas toujours été un pays facile. Par contre on est rentré dans les charts en Suisse, on ne s’y attendait pas du tout. On savait qu’en Allemagne on y rentrerait, mais en Suisse alors pas du tout. Finalement on va faire un petit show à la maison le 14 Septembre.

Des questions perso pour finir : quel est le premier album que tu aies acheté ?

Boris :  C’est les Rolling « Get Yer Ya-Ya’s Out, 1969, premier live avec Myke Taylor. Ca reste un de mes albums préférés

Kevin : Moi je ne devrais pas le dire mais bon. C’est Larusso. J’avais 14 ans c’est une meuf qui m’a demandé et la meuf était pas mal du tout.

 

Quel est ton plus vieux souvenir musical ou sonore ?

Boris : Mon arrière grand père qui allumait sa pipe.

Kevin : Moi tu me poses une colle.

 

Quand tu prends la route quels sont les albums que tu emmènes toujours avec toi ?

Boris : Tous les cd de Creedence, et du AC/Dc aussi.

 

Un dernier mot :

Boris : Venez à Lausanne le 14 Septembre, faut blinder la salle et tout peter !!

Kevin : Santé, bonheur et merci à vous.

Merci à David ( DR Crew) Merci à Boris et Kevin

Photos Laurent Franzi

 

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire