Interviews — 25 avril 2018 at 11 h 00 min

[INTERVIEW] Greta Van Fleet (Sam – basse)

by

Dans le cadre de leur passage à Paris pour un show dans l’intimité du Théâtre Les Etoiles le 28 mars 2018, Daily Rock France a eu la chance de s’entretenir avec Sam, officiant à la basse dans le groupe rock le plus en vogue en ce début d’année 2018 ! Retour sur une ascension fulgurante, les projets du groupe et le rock n’ roll tout simplement

Comment se passe la journée à Paris ?

Je n’en ai aucune idée, je viens juste de me réveiller (rires) ; on nous a déposé à Paris directement devant la salle de concert en bus et nous voilà. Mais ça va être vraiment fun ce soir : ça va être blindé, ça va transpirer, ça va être rock’n’ roll et c’est le plus important je pense !

Vous avez fait plusieurs concerts complets au cours des derniers mois et votre dernier album rencontre un grand succès : est-ce que tu réalises ce qui vous arrive en ce moment ?

J’essaie d’y penser (rires). Les gens nous font souvent des commentaires à ce propos. Les concerts l’année dernière étaient souvent complets, il en va de même pour les concerts cette année. Mais tu sais je pense que les concerts dans les dernières temps ont été comme des étapes à franchir. Les gens ont peut être renoué avec l’idée de ce que la vraie musique est. Récemment, les radios pop ont commencé à réincorporer de plus en plus de rock’n’ roll. Et tu sais j’aimerais revoir le rock’n’roll tutoyer à nouveau le haut des charts, comme ça pouvait être le cas genre trente ans en arrière. Il y a trente ans, il n’y avait pas grand chose de pop, les gens écoutaient beaucoup de rock’n’roll, c’était presque la seule musique que les auditeurs écoutaient. Et je pense qu’avec nos deux premiers singles et le succès qu’ils ont rencontré, c’est le signe que le public est à nouveau prêt pour ça. Je pense qu’on est présent au bon moment.

J‘ai lu plusieurs interviews, où vous parlez de vos influences : de Rival Sons aux Black Keys, Fleet Foxes… mais je voudrais savoir qu’elle serait ta définition personnelle du rock ‘n’ roll aujourd’hui…

Le rock’n’ roll aujourd’hui… Tu sais certaines personnes limitent le rock’n’ roll aujourd’hui a des guitares qui hurlent, des gros roulements de batteries…. Si tu écoutes des groupes comme Crosby Still and Nash, c’est du rock’n’ roll ; John Denver, Joni Mitchell c’est du rock’n’ roll ! Parce que je pense que le rock’n’ roll est avant tout défini par une attitude ! Ça peut être de la rébellion, ça peut être quelque chose d’intellectuel, par exemple comme une manière de penser l’humanité. Ça ne doit pas être limité à une représentation toute faite d’une musique stéréotypée : guitare, basse, batterie and une voix qui crie.

Revenons à votre venue dans la capitale – c’est votre première fois en France ?

Effectivement !  Comme je te disais, on s’est réveillé il y a quelques heures et on est directement arrivé à la salle – donc première fois à Paris et première fois en France !

Donc bienvenue en France ! (rires)

Oh merci beaucoup (rires)

Et qu’espères-tu que le public puisse dire en vous voyant pour la première fois sur scène en France ce soir ?

Quand nous serons dans la salle, je pense qu’il va faire très chaud et que ce sera très fort ! C’est le rock’n’roll ! j’espère en tout cas que les gens vont passer un aussi bon moment que nous allons le passer sur scène et je suis vraiment excité de savoir comment les gens vont réagir même si je n’en ai aucune idée ! Tu sais c’est fou à quel point le public peut être différent d’un endroit à un autre, entre le Michigan  et la Belgique par exemple…

Parlons un petit moment du dernier album : celui-ci est sorti en 2017 – travaillez-vous déjà sur de la nouveauté côté studio ou consacrez-vous cette année à la tournée ?

En fait, on était très excité d’avoir vu paraître un album. Mais tu sais, je dirais que « From The Fires » n’est pas un « album ». C’est huit chansons, c’est plus un double EP, une version étendue de  »Black Smoke Rising » (paru en avril 2017 ndlr). D’un côté, on a beaucoup tournée l’été dernier et d’un autre on a eu beaucoup de demandes de nouvelles chansons. Pour le moment, on a donc décidé de compléter la liste avec des reprises, qui nous permettent de montrer un peu plus qui on est vraiment, d’où on vient artistiquement. On a certes des chansons originales en plus sur le double EP, mais il s’agit plus d’un premier contact. Celui-ci permettra aux gens de savoir ce qu’ils penseront de nous. Il vient dessiner ce que sera le prochain album : tout nouveau, exclusivement fait de compositions : ça sera fantastique et on en est très heureux.

Et est-ce que la nouvelle dimension qu’a pris le groupe dans ces derniers mois, a eu une conséquence pour toi sur la façon que vous avez d’écrire et de composer les chansons ?

Je pense surtout que l’expérience que nous avons accumulé sur la route, en tournée au gré des rencontres, a eu un incidence sur notre façon d’écrire des chansons je pense. Engranger toute cette expérience a été vraiment fondamental pour nous et c’est devenu je pense un élément moteur de notre façon d’écrire. Ce qui est extrait de notre précédent disque est le reflet de ce que nous étions désormais. Nous piochons là, dedans et nous allons à présent dans des directions très diverses. Je pense que les gens vont accrocher ; c’est en tout cas beaucoup de boulot qui abouti a quelque chose de fort.

Et que penses-tu de ces gens qui veulent absolument vous mettre une étiquette de nouveau Led Zeppelin ?

J’ai souvent entendu les gens dire ça. Il faut les laisser dire ce qu’ils ont envie de dire à ce propos. L’art induit une certaine interprétation, tout le monde a forcément une opinion. Je pense que tout le monde peut dire ce qu’il veut à ce sujet. Mais les gens qui nous comparent à Led Zeppelin, qui disent qu’on sonne comme Led Zeppelin […] : c’est une bonne chose ; je pense que c’est un honneur ! Led Zeppelin est certainement le plus grand groupe de rock de tous les temps !

J’ai trois dernières questions pour toi : Définirais-tu GVF plus comme un groupe de studio ou de live ? 

Tu sais je ne peux pas trop mettre d’étiquette sur ce point parce que jouer live, c’est un moment éphémère, rapide. C’est une vraie performance, basée sur l’énergie du moment, de la foule, de ce qui est autour. C’est très relatif comme instant. On peut jouer un show d’une heure comme on peut très bien jouer un show d’une heure et demi. Je pense que jouer live est une véritable expérience. Pour autant, nous nous amusons beaucoup en studio : passer des heures à expérimenter des choses, à trouver le son qu’on veut : c’est une phase sonore créative pendant laquelle on peut capturer des choses sur bandes. C’est un autre type d’expérience je pense…

Et tu préfères jouer dans des grosses salles ou dans des clubs

En fait, on a fait les deux durant cette tournée. Nous avons fait pas mal de clubs dernièrement et c’est un truc fantastique de jouer des petites salles pour des raisons assez simples : les gens sont en règle générale tellement plus sauvages, dingues quand la salle est petite ! […] il y a une énergie concentrée là qui fait que les gens deviennent « wild » !

C’est ça le rock’n’ roll !

C’est ça le rock’n’ roll !

Et si tu devais mentionner un artiste particulièrement important ? 

Je dirais… l’artiste le plus important pour moi serait… Crosby, Stills and Nash ! Parce que c’est grâce à eux que j’ai appris à écrire des chansons tu vois, que j’ai appris à jouer de la guitare ; ils représentent un oeuvre colossale, ils incarnent une véritable honnêteté… Tu sais, tu peux faire de la musique pour les mauvaises raisons : tu peux en faire pour l’argent, pour la célébrité, pour les femmes peu importe ! Mais c’est avant tout pour rendre les gens heureux : c’est prendre l’énergie des enregistrements, des concerts. Le public prend tout ça et il l’interprète comme il veut.

Comme le show de ce soir tu vois : tous ces gens seront ici dans cette salle de concert, ils vont se nourrir de ce qu’on va jouer, au même titre que nous allons nous nourrir de leurs réactions, de leur énergie : c’est génial quand tout le monde se retrouve comme ça imbriqué en un même lieu, en train de s’éclater autour de la musique ! Et après chacun reprend sa route avec cette énergie pour en faire vraiment ce qu’il a envie d’en faire. C’est une chose très positive en tout cas, une façon de répandre de l’amour… Et je pense que c’est tout ce qu’incarne la musique !

Merci à Sam pour son temps et à Olivier pour avoir permis cette interview ! 

Greta Van Fleet

Republic Records

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*