Interviews, Made In France — 26 août 2019 at 10 h 59 min

[INTERVIEW EUROCKEENNES ] KEM LALOT – Programmateur

by

 

Comment vas-tu en cet entame de festival ?

Ecoute très bien. C’est le début, on calle des petits trucs de dernière minute, mais globalement ça va on est assez serein, il  n’y a pas de soucis particulier et le premier groupe Bigger est entrain de jouer.

Pour la forme précise depuis combien de temps tu es aux commandes de la programmation des Eurocks ?

La première édition que j’ai programmé c’était en 2001, c’est donc ma 19 ème édition.

Concrètement tu imposes ou tu proposes les groupes à tes responsables  ?

Il y a un peu des deux. Il y en a que j’impose et il y en a d’autres que je propose car je n’ai pas science infuse je préfère avoir des avis extérieurs mais grosso modo la plupart des choses c’est moi qui les fais. Il y a des discussions c’est pas unilatéral, je n’ai pas une copie à rendre et un budget et à la fin je file le truc, non c’est vraiment un échange.

Quel groupe et-tu particulièrement fier de présenter cette année ?

Il y en a plein mais si je devais en sortir un du lot je dirais THE HU.  Je suis particluièrement fier de les avoir. C’est un groupe qui a très peu d’existence et qui réussi à marquer les esprits avec deux clips magnifiques. Ils développent un style de musique le hunnu rock, qui est un mélange de noïse, de rock, voir hardrock avec des instruments traditionnels mongoles; ce qui est totalement nouveau. J’ai bien hate de les voir sur scène.

Avec le temps comment tu as vu évoluer les méthodes de programmation?

Il y a de plus en plus de festivals, donc il y a une concurrence plus rude. Il n’y pas vraiment de fidélité avec les groupes. Tout passe par l’argent. Si tu as l’argent tu peux avoir le groupe.  La fidélité rentre moins en compte, le fait que tu aies découvert le groupe a ses débuts et que tu l’as programmé, on va pas forcément te rendre la monnaie de ta pièce. Quand tu deviens gros tu arrives pas forcément à l’avoir car tu n’as plus forcément l’argent. Le groupe ne te dira pas  » ha toi tu nous as mis au début on va venir pour un cachet moins important que d’habitude, on va t’aider » ben ça, ca ne marche plus trop malheureusement. Ca marche encore avec les groupes français qui restent encore assez fidèles mais avec les groupes internationaux ça n’existe plus.

Aujourd’hui pour être programmé dans un festival, la base c’est d’avoir un grand nombre de vues sur Youtube et Soundcloud ou la pertinence musicale?

A la base c’est quand même ce qui est proposé  musicalement. Sinon on pourrait programmer des groupes qui ont des milliards de vues et qui ne nous intéressent pas. Ca peut intéresser certains festivals mais pas nous. C’est pas le nombre de vues sur youtube qui fait que le groupe est bon sur scène. S’il y a plein de vues et que ça déchire en live pas de problème, mais moi je ne m’arrête pas à ça. J’essaie d’aller voir un maximum les groupes en live car on les présente en live, on n’est pas une radio on ne présente pas un disque on présente un live donc je fais les déplacements pour savoir ce que je vais proposer au public.

Ça représente combien de jours de déplacements dans l’année ?

C’est difficile à quantifier car je fais énormément de festivals mais aussi des petites structures. Je fais beaucoup de choses mais je m’occupe de la programmation de la poudrière, du festival générique et du festival impetus, donc ça fait beaucoup de choses à programmer donc je dois me balader beaucoup . Donc à plein temps je dirais 2 mois de voyages.

Les Eurockéennes ont toujours été force de propositions en terme de création, comment tu choisis les collaborations et tu montes les projets ?

Cette année se sera Jambinai et la Superfolia Armaada. J’ai vu Jambinai en Corée et à Brighton. C’est un coup de coeur, je me suis dis leur musique est géniale mais on pourrait encore rendre le truc balaise en proposant un clash avec d’autres musiciens. Tu leur en parle et si tout le monde est ok banco tu montes le projet. J’ai jamais rien imposé j’ai toujours proposé. J’ai toujours dis tiens je pense qu’avec cette formule-là on pourrait proposer un orchestre ou d’autres musiciens. Après ça passe ou ça casse, on a déjà eu des refus mais en général ils sont ravis d’avoir un projet servit sur un plateau.

4 jours : entre l’augmentation des cachets et des services de sécurité , c’est une formule définitive à ce tarif là ?

Pas forcément définitive. On a toujours dis qu’on ferait 4 jours si on avait la matière pour les 4 jours, notamment  les têtes d’affiches. Pour 4 jours il nous faut au moins une ou deux têtes d’affiches sur chacune des journées donc si on a une pénuerie on ne fera pas 4 jours. Par contre si on a plus de tête d’affiches on pourrait en faire 5.

Comment vous avez paliez à la défection de Prodigy ?

Ça arrive en Mars, normalement on est bouclé au niveau des têtes d’affiches, on travaille sur les groupes découvertes et là, la nouvelle tombe. Les dates sont annulées donc qu’est-ce qu’on fait. On commence à chercher de droite et gauche, on a des plans B mais Prodigy c’est tellement particulier que pour trouver un remplacement c’est compliqué, d’ailleurs on en a pas trouvé. On a de suite pensé aux Chemical Brother, malheureusement ils n’étaient pas dispo sur notre jour. On a un peu cherché qui etait disponible sur cette date et hop on a eu les Smashing Pumpkins. Le groupe sortait un nouvel album, nouveau show, reformation sans la bassiste, et en plus on était en show exclusif français donc on a dit let’sgo. En plus  ils vont nous sortir un gros show car la production est énorme.

Il faut de tout pour faire un monde, mais les Eurocks n’ont-ils pas perdu de leur essence en proposant plus de hip hop que de rock ?

Non je trouve car niveau hip hop le premier qui est venu c’etait en 93 , soit 4 ans après la création, on eu MC Solar, NTM, Iam etc , le hip hop a toujours fait parti des Eurockéennes. Cette année il y a une quarantaine d’artistes Pop Rock voire métal au sens large, sur 70 artistes donc le pop rock est toujours très bien représenté et le hip hop a le droit de citer car il a toujours été présent. Et puis c’est les opportunités et les sensibilités, moi je suis toujours plus ouvert vers le rock que ce soit des vieux groupes comme des nouveaux projets. On reste attentif aux jeunes car c’est eux qui écoutent le nouveau son et écoutent autre chose. Et c’est aussi eux qui achètent les billets.

Quand je regarde les vieilles affiches, je me dis où sont les grands comme Muse, les Ben Harper, les Skunk Anansie etc… est-ce que le devenir des festival c’est Soprano, Nekfeu etc …. plutôt que les Depeche Mode, des Texas etc ..

Tu vois cette année tu as les Stray Cats, les Smashing, Slash tout ça c’est des gros noms. Mais tu as des festivals qui mettent énormément d’argent sur la table, que maintenant les Eurocks, qui ne font, il faut le rappeler, que 30 000 personnes par jours, on était à l’époque les seuls à avoir un gros festival de plein air alors on avait l’opportunité d’avoir des artistes plus gros.  On a des festivals en France maintenant qui font 35, 40 ou 60 000  personnes par jours comme le Hellfest. Nous on lutte pas car ces festivals mettent des cachets qui sont doubles ou triples que nous. Alors est obligé de composer avec d’autres artistes .

Vous arrivez à vous entendre avec les autres programmateurs.

Il y en a avec qui ont s’entend très bien mais avec d’autres c’est mort. Après chacun défend son beefsteack et c’est normal.

Nous on défend les Eurocks en disant que c’est un festival de découvertes

Oui effectivement c’est un truc qui fait notre force

En dehors  de ton poste de programmateur tu es aussi DJ, parle-nous de ton expérience de cette année au Hellfest avec Blacks trobe?

Avec Arnaud Rebotini c’était super. Moi c’était la quatrième fois que je le faisais. Arnaud c’est un dj qui vient du métal, il a fait des remixes de Morbide Angel avec Black Strobe. C’est lui qui m’a titillé en me demandant si je connaissait les mecs du Hellfest, il était motivé. Il kiffe le métal le death et le black donc on leur a proposé et ils ont accepté. On a passé un super moment c’était vraiment cool.

Quelle est la question que tu aurais aimé que je te pose?

(rire) vient on va boire une bière ( rire)

Qui aimerais-tu réellement programmer quitte à demander aux festivaliers de payer un peu plus ?

Les Beasty Boys mais avec un membre de mort c’est foutu j’ai eu l’opportunité mais bon. Mon boss c’est Neil Young carrément, après il y en a tellement. Après Kiss mais est-ce que c’est adapté pour les Eurocks. Moi pour les nouvelles générations c’est System Of A Down car c’est un groupe qui a sa place aux Eurocks et  il est fédérateur et ça permettrait aux gens qui viennent voir System de découvrir des choses.

Je te laisse le mot de la fin .

Merci à vous et amusez-vous bien.

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :