Chroniques — 19 avril 2019 at 11 h 14 min

GRAND MAGUS – Wolf God

by

Résultat de recherche d'images pour "grand magus wolf god"

La musique, comme le GPS, fut d’abord utile à l’armée. En des temps reculés, peuplés de sauvages ne connaissant pas la bombe atomique , les guerriers était obligés de se fatiguer à estropier l’ennemie de façon artisanale, à coup de hache, épée, et autres outils permettant de dévoiler les tripes des adversaires les plus pudiques. Autant dire qu’il fallait un certain entrain pour se livrer à ce genre de boucheries, et la musique était là pour ça.

Lors de longues marches, ou en attendant un assaut sanglant, elle maintenait l’enthousiasme de ces hommes qui , au fond , était de grands sensibles. Les plus mélomanes, fascinés par ces rythmes tribaux, coupaient têtes, testicules, et tous ce qui peut se couper, en suivant la cadence. Ce sentiment guerrier, Grand Magus en joue et en abuse depuis des années.

Du doom metal de ses débuts, il à gardé une certaine puissance rythmique, mais c’est plus volontiers avec le heavy metal épique de manowar qu’il flirte désormais. « Iron Will » fut le premier choc , et le groupe n’a pas enterré la hache de guerre depuis. La principal différence entre ses albums se situe au niveau de la production, « Sword Song » misant plus sur ses refrains vindicatifs que sur la violence de ses riffs.

Sortie cette année, « Wolf God » garde ces refrains fédérateurs, mais redonne une place plus importante aux charges de guitares, comme pour venir concurrencer Accept ou les autres icônes du power metal. Et puis il y a cette rythmique, qui garde le même sens pour nos modernes oreilles que les tambours annonçant la charge. La vie, aujourd’hui comme hier, est une guerre perpétuelle , et qu’elle soit désormais plus psychologique que physique ne la rend pas moins violente.

Alors Grand Magus vient réveiller ce désir de conquête, qui qualifie l’homme dans sa glorieuse virilité. « Glory to the brave » , chante Jb , les guitares tricotant des solis furieux pour célébrer l’envie de lutter pour sa survie. On ne réussit rien sans prendre sa ration de claques, de travaux harassants, et de batailles plus ou moins violentes avec ses congénères, alors autant s’y préparer en s’envoyant la philosophie guerrière de refrains aussi puissant que ceux de « Gold and Glory », ou « He Sent Them All To Hell ». Et que la formule reste immuable, à quelques variations près, ne fait qu’ajouter à son charme et à la puissance de ce métal transcendant.

Cette musique là ne cherche pas la finesse, elle vous bottera le cul jusqu’à réveiller votre envie de lutter jusqu’à la mort . Ce qui est déjà pas mal pour un album de heavy metal.

http://www.grandmagus.com/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :