Chroniques — 14 août 2019 at 10 h 45 min

GOV’T MULE – Bring on the music live

by

Résultat de recherche d'images pour "gov't mule bring on the music live"

Warren est-il le Ronnie Van Zandt de notre époque ? Son entrée dans l’Allman Brother’s Band signa le dernier âge d’or du groupe de Macon. Virtuose de la six cordes , Hayne apportait une certaine classe au blues terreux de « Shade Of Two Word ». C’est aussi pendant son passage au sein de l’Allman Brother Band qu’il rencontra Allen Woody.

Les deux hommes partagent bien sûr l’amour du blues , mais aussi une culture rock impressionnante , qu’ils souhaitent mettre au service de leur propre formation. Ainsi né Gov’t Mule , un groupe fait pour dépasser les clichés et limites du rock sudiste. D’abord un power trio , il apporte au rock sudiste ce que Hendrix apporta au blues rock : une révolution.

On ne peut que regretter que ses premiers disques , flirtant avec le hard rock anglais et la pop , tout en restant solidement plantés dans les terres du sud-américain, n’aient pas fait plus de disciples. C’est que la formule si personnelle de la mule exige autant de virtuosité que de conviction, et les jeunes préfèrent souvent parcourir les chemins balisés par les grands des seventies ou les Black Crowes.

Puis, en 2000, Allen Woody part rejoindre Duane Allman, ce qui est loin de tuer le groupe. Le parallèle avec le drame vécu par les Allman Brother n’est pas anodin. Comme eux la mule ne sonnera plus de la même façon après ce coup du sort. Le groupe des frères Allman trouva son salut dans la tradition, accentuant sa sonorité country pour faire oublier les tensions internes. La mule, elle, préfère la fuite en avant.

Toujours plus ambitieux, le groupe n’a cessé de livrer des productions de plus en plus soignées , et des compositions aussi alambiquées que charmantes. Les musiciens avaient alors atteint un statut important, au point de réunir la nouvelle et l’ancienne génération sur un « shout ! » ou Elvis Costello laissait place à Myles Kennedy.

La première partie, composée des compositions jouées par le groupe, montrait une machine bien huilée et au sommet de sa grandeur. Alors que le second disque, chanté par des invités, était une célébration du rock comme on n’en a produit peu depuis le rock’n’roll circus.

Certes , les albums studios nécessitaient parfois plusieurs écoutes afin d’apprécier pleinement les fresques instrumentales des sudistes, mais on était sûr que le jeu en valait la chandelle. Le groupe ne voulait pas se laisser fossiliser et, sortit en 2014, ses disques d’hommages étaient les témoins de cette intentions de réinventer le passé à sa sauce. C’est d’ailleurs un extrait de « Dark Side Of the Mule » qui marque d’abord l’esprit quand on écoute ce live, Gov’t Mule transformant le space rock d’ « Eternity Breath » en blues mystique, laissant place à un « St Stephen » transformé en boogie virtuose.

Les titres des derniers albums , eux, gagnent paradoxalement en efficacité , comme si le groupe de Warren Hayne tricotait toute ces fresques pour atteindre l’évidence. C’est que le groupe maitrise un art qu’on croyait perdu depuis l’époque des jams band , une façon de maintenir la tension à son intensité maximum , tout en la parsemant d’explosions éblouissantes de classe. Les compositions deviennent ainsi de véritables épicentres, autour desquels se diffusent ses tremblement hard rock ou jazzy.

Le temps suspend ainsi son envole pendant un solo Pagien, avant qu’un saxophone relaxant ne vienne convoquer le fantôme de Miles Davis. Les titres deviennent des prétextes à une grande cérémonie, où l’esprit de l’auditeur est propulsé par un groove réconfortant, vers des sommets qu’il ne souhaiterait plus quitter.

Les musiciens deviennent alors de glorieux mages face à une foule de Devos, la musique prenant une teinte mystique. Ce soir-là , au Capitol Theater , le public eut l’impression de vivre bien plus qu’un simple concert.

http://mule.net/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :