Chroniques — 21 novembre 2018 at 11 h 29 min

CLUTCH – Book Of Bad Decisions

by

Résultat de recherche d'images pour "clutch book of bad decisions"

Aujourd’hui, le stoner rock est tiraillé entre deux traditions sonores. La première, plus psychédélique , consiste à se réapproprier les riffs pleins de distorsions d’une certaine scène psychédélique. C’était ce qui a fait la grandeur des deux premiers albums de Graveyard, avant que le groupe ne parte dans un blues rock puissant et traditionaliste sur le très réussit « light’s out ».

Le stoner avait ainsi deux mamelles nourricières, le psychédélique hargneux, tel que le pratiquait les Pink Fairies ou Leaf Hound, et le hard rock bluesy du premier Led Zeppelin. A une époque où le classique rock connait un véritable renouveau, on ne s’étonnera pas de constater que les groupes stoner aient progressivement gommé leurs relent acide pour se rapprocher du hard blues. Seul Kadavar, sur son très réussit dernier album, radicalise son psychédélisme, avec un son qui rappel les meilleurs heures d’Hawkwind.

Formé au début des années 90, Clutch est indéniablement lié à ce blues qui s’offre une seconde jeunesse. Mais la sortie de « Psychic Warfare », en 2015, a provoqué un véritable séisme.

A l’écoute du disque, c’est un véritable magma sonore qui se déverse à travers les enceintes, un magma compacte, d’une puissance hors du commun. Véritable descendant de Leslie West, l’impressionnant guitariste de Mountain, Tim Sult balance ses riffs destructeurs avec une rigueur de métronome. Pour emballer le tout, la voix de guerrier du blues de Roger Small ne pouvait que déclencher des hochements de tête satisfaits chez l’auditeur ahuri.

La formule était d’une efficacité redoutable, et redonnait fois en un rock pouvant lutter avec les assauts sauvages du heavy metal triomphant, mais ne pouvait être répété de la même façon sur le disque suivant.

Le charme de « Psychic Warfare » était lié à l’effet de surprise qu’il provoquait, l’auditeur prenait littéralement une violente baffe sonore. Faire un disque semblable, c’était prendre le risque de rendre la formule obsolète, de toute façon le groupe ne pouvait pas dépasser la puissance fédératrice de « Psychic Warfare ».

Cela explique que, malgré l’attente générée par leur dernier exploit, le gang de Germantown a attendu 3 ans avant de donner une suite à son dernier assaut sonore. Nous voici donc enfin fasse à ce « Book Of Bad Decisions ».

L’intro embraye pied au planché , avec un rock compact et puissant dans la droite lignée de l’album précédent, mais rassurez-vous ce n’est que pour vous préparer au changement à venir. Le groupe à décidé de partir dans un rock plus groovy, où les cuivre ajoutent une touche funk à sa palette sonore.

Moins préoccupé par la puissance de sa musique, le groupe soigne ses effets, n’hésitant pas à laisser quelques petites secondes de silence pour donner plus de retentissement à ses riffs plombés. Comme disait Keith Richard : « le musicien est comme un peintre, et sa toile c’est le silence ». Clutch semble avoir compris qu’il n’est pas obligé de surcharger sa toile pour que le tableau soit réussit.

Dans ce sens ce « Book Of Bad Decision » est meilleur que son prédécesseur, mais sa différence ne se limite pas là. Le fait de ne plus se sentir obligé de surcharger ses décors sonores permet au groupe de varier les tempos, de découvrir les sentiers réjouissant du hard rock funky, avant de partir dans un hard rock zeppelinien, sans bien sûre oublier les secousses rythmiques qui ont fait son succès.

Le morceau titre se paie même le luxe de développer un groove bluesy digne des grands groupes sudistes. On ajoutera l’étonnante intro de « Hot Bottom Feeder », qui voit le groupe flirter avec le blues réjouissant de Johnny Winter.

Bref , la longue attente qui a précédé la sortie de cet album est largement récompensée ici. Loin de se reposer sur une formule éprouvée, Clutch a considérablement élargit sa palette sonore avec un des albums les plus mures et variés de la scène stoner. Autant dire que le résultat représente une avancé considérable dans le monde traditionaliste du stoner.

https://www.facebook.com/Clutchband/?ref=br_rs

 

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :