Chroniques — 31 octobre 2017 at 11 h 00 min

AUGUST BURNS RED – Phantom Anthem

by

Dans le metalcore, les groupes sont légion. La plupart se ressemblent, se copient mais n’essaient pas de se distinguer. Ils se contentent de voguer sur la vague du genre à la mode sans pour autant y arriver. D’ailleurs, on ne se souvient jamais d’eux, on en parle en disant « Tiens ce groupe on dirait celui-ci ou celui-là… » ou alors « ça me dit quelque chose mais je ne sais plus qui… ». Nous ne sommes en général pas capables de distinguer tel ou tel groupe car, d’une part toutes les prods se ressemblent de nos jours et d’autre part, très peu de groupes arrivent à se distinguer des autres par leurs propres moyens.

Justement, ce n’est pas le cas d’August Burns Red. Arrivés sur la scène metalcore au début des années 2000, ces potes de lycée, originaires de Pennsylvannie aux USA, ont réussi là où d’autres piétinent depuis fort longtemps. Comment, me direz-vous ? Tout simplement en proposant une musique qui se reconnaît entre 1000, grâce notamment à des compositions qui mélangent brillamment sauvagerie et mélodie. Et ce n’est pas Phantom Anthem, 8ème album du groupe, qui va déroger à la règle.

Ce nouvel opus des américains d’August Burns Red commence de la plus belle des manières : en envoyant le bousin ! J’y vais un peu fort mais c’est tellement vrai. Bien entendu, les petits gars n’oublient jamais leur côté mélodique et arrivent à nous faire voyager intérieurement grâce à ce savant mélange. Tout l’album se veut équitable : certaines pistes plus bourrines que d’autres et inversement. Dès le second morceau, la tendance s’inverse et c’est la mélodie qui prédomine. De plus, ces alternances brutalité – douceur ne sont pas la seule qualité musicale que propose ABR. Toutes les pistes sont rythmiquement riches et dynamiques grâce à une multitude de changements de rythme par exemple. On ne s’ennuie jamais car chaque composition de Phantom Anthem reste vivante et variée. On notera également que leur musique a évolué car, lors de l’écoute de certaines chansons, on ressent qu’ils ont puisé leur inspiration dans d’autres sources que le métal, pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Il faut aussi dire que leurs pochettes sont très souvent soignées, et celle-ci ne déroge pas à la règle.

Si vous êtes fan, vous n’aviez pas besoin de lire tout ça. Par contre, et je pense aux réfractaires du metalcore en particulier, écoutez un groupe comme August Burns Red qui maîtrise le sujet et vous m’en direz des nouvelles.

 

http://augustburnsred.com/

http://www.fearlessrecords.com/

Note de la rédaction
Votes du lecteur
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Laisser un commentaire